Assemblées annuelles de la BAD : 4,5 milliards de dirhams d'investissements de la BAD au Maroc en 2022

Le Maroc et la Banque africaine de développement sont liés par un partenariat privilégié, qui date de 1970. C’est ce qu’a affirmé le Représentant résident de la Banque au Maroc, Achraf Tarsim, en marge des assemblées annuelles de la BAD, qui se tiennent du 23 au 27 mai à Accra, capitale du Ghana. «Le portefeuille de la Banque au Royaume comprend 40 opérations pour un engagement d'environ 4 milliards de dollars, ce qui reflète l'excellence du partenariat liant le Maroc et la BAD», a fait remarquer M. Tarsim. Plusieurs projets sont financés dans le cadre d'une stratégie sur 5 ans touchant différents domaines, qui visent en particulier l’amélioration de la compétitivité de l’économie marocaine et l’amélioration du niveau de vie des citoyens.

La BAD a investi, en 50 ans, 12 milliards de dollars dans des projets relatifs, notamment, aux infrastructures, au capital humain, à l’agriculture, à la transition énergétique et à l’accès à l'eau potable, avec un taux de 60% des décaissements. Pour accompagner les réformes engagées par le Royaume, la BAD a mobilisé une enveloppe budgétaire de 3,5 milliards de dirhams en 2021 pour des questions d'actualité, relatives, notamment, à la résilience et la transition énergétique, l'inclusion financière et l'entreprenariat. En 2022, cette enveloppe s’est élevée à 4,5 milliards de dirhams, confirmant ainsi la volonté de la BAD de l'augmenter en 2023. L'objectif est d'accompagner le Maroc dans la réalisation d'une croissance forte et inclusive. Dans le cadre de la coopération Sud-Sud, la BAD veut dupliquer le modèle marocain au Sahel et rééditer l’exploit du complexe Noor Ouarzazate, l'un des plus grands parcs solaires au monde, avec le projet Desert to Power, qui vise à fournir de l’énergie à 250 millions de personnes dans les pays qui composent la bande sahélienne avec un investissement de 20 milliards de dollars. Présente depuis 1970 au Maroc, la BAD a financé le premier projet dans le Royaume en 1978, dans le secteur de l’eau potable et de l'assainissement.
Ces assemblées, initiées sous le thème Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l'Afrique, sont marquées par la présence de la ministre de l'Economie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui. La 57ème édition des Assemblées de la BAD et les 48 èmes Assemblées de son guichet concessionnel, le Fonds Africain de Développement (FAD), connaissent la participation des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales des 54 pays membres régionaux et des 27 pays membres non régionaux de la Banque. Ces assemblées, qui signent un retour aux réunions en présentiel après les rencontres virtuelles des deux dernières années, se veulent une occasion de discuter des moyens de faciliter la transition énergétique de l'Afrique dans un contexte marqué par des changements climatiques dont les répercussions sont déjà remarquables sur les pays du continent.

A.A