BAB DARNA, LE SCANDALE!

Au moment où la traçabilité de l’argent est devenue une priorité, il y a bien matière à s’interroger sur cette énorme bulle qui laisse sur le carreau un millier de victimes.

Encore! Encore donc un scandale immobilier! Et quel scandale que celui du groupe Bab Darna, qui vient d’éclater ces dernières semaines et qui ne fait sans doute que commencer. De quoi s’agit-il? D’un programme conçu pratiquement comme une vaste escroquerie nationale et qui a fait des victimes et des dégâts gravissimes. Songes qu’un bon millier de réservataires de logements- villas, appartements et même certains d’entre eux économiques, ont été trompés, grugés par un personnage central placé sous les verrous depuis une dizaine de jours. Il n’était pas seul; cinq autres personnes ont également été placées en détention préventive; ils relèvent du cercle de ses proches, les uns de sa famille et les autres de ses activités professionnelles.

Naturellement, il faut laisser la justice faire son travail en toute sérénité et en toute indépendance. On veut croire, une fois de plus, que ces deux principes vont prévaloir et qu’un procès équitable pourra se tenir le moment venu. Mais pour l’heure, comment évacuer cette interrogation de principe: comment en est-on arrivé là? D’une autre manière, pourquoi de tels méfaits continuent-ils à se répéter, celui de Bab Darna en étant l’expression la plus éclatante et la plus grandiose, si l’on ose dire? Faut-il donc de nouveau se résigner et subir les pesanteurs et peut-être même les contraintes d’une sorte de fatalité qui veut que l’on n’a plus tellement l’espoir que tout cela allait changer; qu’il faut croire que l’on finira bien par contenir et réduire à terme de telles transgressions de la loi et de la réglementation; et que finalement un processus de «normalisation» et de moralisation aura le dernier mot face à tant de pratiques malsaines qui minent le lien social et font douter sérieusement de l’effectivité de la légalité. C’est une longue chaine de dysfonctionnements de toutes sortes qui est en cause. Voilà en effet un «promoteur», sorti d’on ne sait trop quel périmètre clair-obscur, qui s’est lancé dans ce secteur. Il a été tapageur, tonitruent, avec une campagne de communication particulièrement agressive -panneaux urbains, presse écrite et surtout un spot publicitaire à la télévision. Il promettait tout et n’importe quoi: des prix très en-deçà de ceux du marché et même le slogan alléchant: «Un appartement gratuit pour deux achetés». Et tant d’autres choses aussi...

Personne n’y a trouvé à redire. Ni la Fédération nationale des prometteurs immobiliers mise sur pied depuis près d’une quinzaine d’années -pourtant, on l’a vue plus réactive et plus sourcilleuse dans plusieurs cas où des projets ont été qualifiés par ses soins de «fantômes». Ni le ministère de l’Habitat, qui a agréé le groupe Bab Darna pour participer aux salons SMAP Immo à Paris, Bruxelles et Montréal. Ni les collectivités locales où étaient situés les projets immobiliers, ni les agences urbaines, ni les services des impôts n’ont assuré leur mission et leur contrôle alors que lesdits projets étaient surmédiatisés à coups de «pub». Tout le monde parait avoir veillé à regarder ailleurs comme si un consensus étrange et coupable était devenu la posture de tout le monde. Des centaines de logements ont été commercialisés et vendus sur des terrains dont le promoteur n’avait pas la propriété -une simple consultation à la Conservation foncière pour la modique somme de cent dirhams aurait permis de faire éclater le scandale. Quelque 400 millions de dirhams ramassés dans cette affaire au titre d’acomptes ou de paiement total auraient pu aussi alerter les banques concernées sur d’importants dépôts et mouvements de fonds d’un opérateur de ce profil-là.

Au moment où la traçabilité de l’argent est devenue une priorité, il y a bien matière à s’interroger sur cette énorme bulle Bab Darna qui laisse sur le carreau, dépouillés, un millier d’acquéreurs devenus... virtuels et qui se trouvent plongés dans le drame de leur vie. Enfin ceci, et ce n’est pas le moins préoccupant: quel message donne-t-on quant à l’attractivité du climat d’affaires et à la sécurité juridique de l’investissement? Contre productif bien sûr. Affligeant aussi


3 commentaires

  • Alami

    12 Décembre 2019

    Cher monsieur Sehimi, A travers votre article clairvoyant et judicieusement écrit, vous avez très bien résumé la tragédie qui atteint les victimes de ce satanique personnage ainsi que son mode opératoire. Personnellement, j’avais alerté l’opinion publique depuis plus de 3 années et ai subi des contre-attaques pour le faire taire. J’ai été même attaqué par El ouardi et son groupe pour diffamation et atteinte à son image de marque. J’ai tout perdu durant ces longues années de souffrance et d’injustice contrôlée : ma petite famille s’était disloquée, ma situation professionnelle détériorée, la menace d’être jeté dehors par faute de non régularisation des impôts et des crédits contractés auprès des banques et autres, l’avenir de mes enfants plongé dans l’incertitude, et moi-même aujourd’hui privé de mes droits les plus élémentaires. Cet homme et ses filiales ont détruit ma vie et celle de la famille. Si vous me le permettez, j’ose espérer que mon cas retiendra votre attention et m’offrira l’opportunité de vous décrire mon histoire appuyée de preuves tranchantes que nulle personne n’en connaît la teneur. El Ouardi Mohamed est de surcroît mon voisin direct. 10 mètres séparent nos portes de foyers respectifs. Le profil de ce personnage hors du commun, j’ai bien eu le temps de le cerner. Faites-moi cet honneur de vous en parler de vives voix. Mon e-mail alami395@gmail.com

  • ben mhammed

    13 Décembre 2019

    Laisser la justice faire son travail!.Si comme on avait une justice dans ce pauvre pays. Il faut juste se remémorer le dernier épisode du SEMSAR qui a été condamné à cinq ans de prison ferme pour jauger de la justesse de notre justice. Tout un chacun sait que le monde des promoteurs immobiliers est un milieu corrompu à la limite du grand banditisme. Et tout ça sous le regard bien veillant des autorités de tous bords. En effet comment expliquer la montée en puissance et dans un temps record de certaines personnes analphabètes pour la plupart et sans aucun savoir si ce n'est la maitrise de l'art de la magouille.?Comment expliquer qu'on ne parle plus en millions mais en milliards? En cette époque maudite à bien des égards les milliardaires illetres font la loi et collectent les victimes à tour de bras. S'il y avait une loi, cet énergumène n'aurait pas pu berner autant de monde parce que son grand projet serait mort-né vu qu'il ne possède même pas les terrains sur lesquels il aurait dû bâtir. S'il y avait une loi, il n'aurait pas pu signer et légaliser(par les autorités compétentes, comble de l'ironie) ses contrats de vente Enfin s'il y avait une loi dans ce pays, le ministre de l'habitat devrait déposer ses clés ainsi que son homologue de la justice et pourquoi pas celui de l'intérieur ou même leur chef du gouvernement Rien que dans ce dossier(il y en a des milliers comme ça), on a détruit la vie de 800+ personnes et notre glorieux gouvernement n'a pas trouvé mieux que de faire l'autruche, donc ne cherchez plus pourquoi les Marocains ne m'impliquent pas dans la vie politique du pays. Dans le plus beau pays monde, la seule loi dont je peux affirmer l'existence avec certitude c est la loi du plus fort .

  • chabli

    19 Décembre 2019

    Une analyse pertinente-Merci Professeur

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger