Azoulay: L'oeuvre de Haïm Zafrani, une référence centrale dans l'histoire du Maroc

L’œuvre considérable de Haïm Zafrani (1922-2004) constitue une référence centrale à la fois dans notre histoire, dans notre culture, dans notre identité et dans notre mémoire, a affirmé, mercredi à Rabat, M. André Azoulay, membre de l’Académie du Royaume du Maroc.

Dans une déclaration à la presse en marge d’un colloque international organisé par l’Académie en hommage à Haïm Zafrani, M. Azoulay a relevé que “personne n’a travaillé avec la rigueur, la constance et la profondeur de Haïm Zafrani sur la diversité de notre pays tant au niveau culturel, spirituel et philosophique”.

Il s’est dit ravi de l’organisation de cet hommage à M. Zafrani par l’Académie à laquelle il a appartenu depuis sa création, tout en assurant que “cette initiative permettra au grand public de prendre la juste mesure de ce que nous a légué Haïm et de ce que son travail peut nous apporter”.

M. Azoulay a également estimé que cette initiative “nous incitera à approfondir et à relayer la démarche visionnaire et pionnière de Haïm Zafrani, initiée depuis le début des années 60 et qui reste une pièce centrale de notre déterminisme historique”.

De son côté, Elie Serge Zafrani, chercheur à l’Institut Pasteur à Paris et fils de Haïm Zafrani, a indiqué que son père était “extrêmement attaché” à Essaouira où il a travaillé en tant qu’instituteur avant d’exercer le même métier à Casablanca dans une école de dessin industriel et d’électricité.

Haïm Zafrani a milité pour l’indépendance du Maroc en 1956, ainsi que pour l’enseignement de la langue arabe dans les programmes des écoles de l’Alliance israélite universelle devenue Ittihad al Maghrib, a fait savoir Serge Zafrani.

En France, le défunt avait commencé son travail académique sur l’histoire des Juifs du Maroc et surtout sur les relations étroites entre les juifs et les musulmans aussi bien dans la vie culturelle, spirituelle et philosophique, a précisé Serge Zafrani.

Pour sa part, le secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, M. Abdeljalil Lahjomri a indiqué dans une allocution à l’ouverture du Colloque que M. Zafrani, membre correspondant de l’Académie depuis 1991, est l’auteur d’une riche bibliographie sur le judaïsme au Maroc et dans les pays musulmans.

Il s’agit d’ouvrages de référence qui traite de l’histoire des juifs au Maroc tant sur le plan historique, sociologique, économique que juridique, a ajouté M. Lahjomri, notant que l’auteur s’est également intéressé aux affluents judaïques dans la culture marocaine et a accordé une grande importance au patrimoine juif dans toutes ses formes d’expression.

Sur le volet historique, M. Lahjomri a rappelé que le Maroc a continuellement émis des Dahirs et des lois qui organisent le travail des tribunaux hébraïques, notamment en matière de statut personnel et successorale, ce qui dénote de l’importance que le Royaume a toujours accordé aux Juifs du pays.

Le Maroc, terre de tolérance et d’ouverture et un carrefour du dialogue des civilisations et des religions, a toujours veillé a préserver la liberté de culte pour les juifs, à respecter leurs lieux de cultes et à préserver leur héritage culturel et religieux, a-t-il souligné, faisant savoir que cela a été consacré par l’inclusion de “l’affluent hébraïque” dans la Constitution de 2011.

Cet hommage est donc l’occasion pour l’Académie du Royaume de célébrer le pluralisme culturel et civilisationnel du Maroc à travers une conférence scientifique qui met en avant les apports de Haïm Zaafrani aux travaux de cette Académie, a poursuivi M. Lahjomri.

L’Académie du Royaume du Maroc consacre une journée d’hommage à l’éminent humaniste que fut Haïm Zafrani, historien dont l’un des principaux ouvrages s’intitule significativement “deux mille ans de vie juive au Maroc. Histoire et culture, religion et magie”.

Ce chercheur et pédagogue infatigable a conçu et rédigé ses livres et ses articles en se fondant sur une profusion d’archives et de toutes sortes de documents, notamment en hébreu. Ses publications, basées sur une approche scientifique rigoureuse, sont devenues depuis leur parution autant de références incontournables pour les chercheurs du monde entier travaillant sur le judaïsme marocain.

L’hommage qui lui est rendu par l’Académie du Royaume du Maroc en sa qualité de membre correspondant est l’occasion tant d’un retour sur ses travaux que de communications portant sur divers thèmes ayant trait aux Juifs marocains, à leurs conditions de vie dans les villes et les campagnes du pays, aux apports inter-communautaires et à l’esquisse d’un état des lieux et des perspectives de recherches sur le judaïsme marocain.


2 commentaires

  • m2m

    13 Juin 2019

    Pour comprendre le dessein de Azoulai et sa cabale reportez vous a la mythologie grecque et la fameuse ruse du CHEVAL DE TROIE ou comment détruire l ennemi de l intérieur.Comprendre le sens du mot SAYAN est une étape sinequanone pour comprendre les plans que les autres sont entrain de nous concocter alors que nous savourons toujours notre sieste éternelle.

  • Habib Cherkaoui

    13 Juin 2019

    @m2m , Vous vous trompez et de site et de pays....Je suis persuadé qu´au lieu de poster votre message qui sent de très loin la" théorie de la conspisration" vers d´autres journaux, vous vous êtes trompé d´adresse. Donc, Maroc Hebdo a eu la politesse de vous publier, ce qui est déjà un signal fort. Vous nous parlez de mythologie et de la fameuse CHEVAL DE TROIE (en majuscule svp. Puis vous sautez sur le terme SAYAN (majiscule), Enfin, vous nous informez sur "l´étape sinequanone pour comprnedre les plans que les autres sont entrain de nous concorder alors que nous savourons toujours notre sieste éternelle". Minute s´il vous plait. Concernant le Maroc(nous sommes ici au Maroc) la présence juive est de plus de 2000 ans. La première tombe juive date de plus de 3200 ans (dans la Vallée de l´Oued Draâ). Donc, ceux que vous taxez de "sayans" sont plus Marocains que quiconques. Vous essayez de faire l´amalguame entre le conflit Israélo-palestinien et les Marocains de confession juive, ce qui est intéressant. Mr. Azoulay et d´autres Marocains de confession juive ont fait plus pour les Palestiniens et leur cause que vos Jamal Abdel Nasser, Houari Boumédienne, Sadaâm Hussein, Hafez et Bachar Al-Assad, Mouammar Kaddafi etc..En plus, les Palestiniens, le peuple le mieux éduqué de ce monde arabe n´ont pas besoin de m2m, Vangelis, Nasser et autres signatures de "l´Algérie Patriotique" qui eux ont vomi des torrents de racisme, de "nationalisme", de"patriotisme" en plus de l´insulte pure contre le peuple juif. Ainsi, si vous parlez des Sionistes extrémistes, parlez nous aussi de Daesh et des régimes arabo-fachistes. Et quand vous vous permettez sans vergogne de classer Mr. Azoulay, un Marocain de souche (Azoulay en Tamazight veut dire "yeux bleus") en tant que sayan vous essayez en fait d´introduire le Cheval De Troie chez nous au Maroc..., un Cheval De Troie non bourré de guerriers mais de poison raciste, anti-sémite, xénophobe et donc incompatible avec nos traditions. Bientôt, des milliers de Marocains de confession juive vont affluer vers le Maroc, leur pays ancestral, venus de tous les pays du monde pour visiter les tombes de Rabbins exemplaires. Ya Si Nasser, alias m2m, essayez d´abord de comprendre le sens de la faillite humaine, politiqe, culturelle, économique de vos "révolutionnaires" en Algérie, en Libye, en Syrie etc...avant d´essayer de nous faire comprendre quoi que ce soit. Sayan, dites-vous, il n´y a de pires Sayans machiavélqiues que les régimes fachistes qui ont détruit et leur peuple et leur pays. Le dessin de Mr. Azoulay est les dessin de tous les Marocains, qt pour rappel la constitution marocaine intègre la dimension hébraïque du Maroc qu´à cela ne plaise. Ceux qui sont en train de vous "concocter" ne sont pas les Sayans. Ceux sont vos régimes mafieux qui ont détruit en plus de votre bon sens aussi votre faculté de la réflexion. la vraie cabale est celle de vos régimes mafieux qui ont assassiné des millions de citoyens de l´Irak vers le Soudan en passant par les autres pays. Enfin, l´article traite de Haïm Zafrani un intellectuel marocain dans la bonne tradition de Maimonides et autres géants de la culture universelle.

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case