Aziz Akhannouch saura-t-il désamorcer la bombe sociale ?

Dossier brulant pour le nouveau gouvernement

Aussitôt formé, le gouvernement Akhannouch se retrouve déjà confronté à une longue liste de défis sociaux. Le nouvel Exécutif devra redoubler d’efforts pour sortir de la crise actuelle et faire oublier les échecs de ses prédécesseurs.

En présentant le programme de son gouvernement, Aziz Akhanouch savait pertinemment qu’au-delà des performances chiffrées, sa mission majeure consistera avant tout à répondre concrètement aux attentes urgentes du simple citoyen.

Pouvoir d’achat en érosion continue, systèmes d’éducation et de santé à la peine, une jeunesse écrasée par le poids du chômage, et des inégalités qui se creusent de plus en plus, le tout amplifié encore plus par le contexte difficile dû à la pandémie du covid-19.

Longtemps contenu bien sous la barre symbolique des 10%, le chômage oscille, depuis le début de la crise sanitaire, entre 12 et 13%. Alors qu’une enquête publiée en mars 2021 par le Haut-commissariat au plan (HCP) révélait déjà que les deux tiers des ménages ont un niveau de vie inférieur à la moyenne nationale. Le même document ajoute même que l’amélioration du niveau de vie du citoyen marocain s’est ralentie sur la période 2013-2019 (une moyenne de +2,7% par an) comparé à la période 2006-2013 (+3,6% par an).

Autant de dossiers sociaux pressants, qui ont longtemps constitué la bête noire des gouvernements successifs. Y compris celui mené par le PJD de Saâd Eddine Othmani, qui doit, en grande partie, sa déroute du 8 septembre à son incapacité à trouver des réponses efficaces à ces questions d’ordre social.

Inquiétudes et interrogations
Dans la rue, le très bref soulagement après le changement apporté par les dernières législatives laisse déjà place à des inquiétudes et des interrogations. M. Akhannouch et son équipe pourront-ils désamorcer la bombe sociale? Pour sa première sortie dans l’Hémicycle devant les parlementaires, le Chef du gouvernement était clair: les orientations royales ainsi que le nouveau modèle de développement, élaboré et présenté par la commission Benmoussa, seront sa principale ligne directrice.

Le mise en exécution du chantier de la protection sociale généralisée, initié par le Souverain, sera donc au coeur de la politique sociale du nouveau cabinet. M. Akhannouch se fixe également le défi de sortir un million de familles de la pauvreté et de la précarité, et aussi de réduire les inégalités sociales et territoriales, calculées par le fameux indice Gini, de 46,6% à 39%.

Des promesses au goût de déjà-vu, tellement les programmes gouvernementaux sont devenus, au fil des législatures, des déclarations d’intentions plus que des projets réalisables et, à terme, effectivement réalisés. Le cabinet Akhannouch sera-t-il l’exception? Seul le temps le dira l