Portrait d'Ayoub Abounnasr, jeune acteur et réalisateur marocain

Le nouveau visage du petit écran au Maroc


Ayoub Abounnasr est devenu, en quelques années, une star du petit écran et un chouchou du public. Sa recette: ambition, optimisme, et une approche basée sur le savoir et la recherche académique.

Dimanche 16 juillet 2023. Ayoub Abounnasr partage avec ses admirateurs qui se comptent par milliers, un moment dont il rêvait tant: tout sourire, entouré d’une équipe d’encadrants, le jeune acteur vedette de 31 ans vient de soutenir, ce jour-même, son master Études théâtrales à la faculté des lettres et des sciences humaines de Mohammedia. Un pas de plus dans la carrière brillante d’un artiste qui, malgré son talent inné et sa capacité naturelle à captiver les téléspectateurs, ne néglige pas l’importance de la méthode, de la connaissance, et de la recherche académique dans le perfectionnement de l’acteur et de son jeu.

L’art comme une science
“Après un bac scientifique SVT, j’ai intégré l’ISADAC (Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle de Rabat, ndlr) et j’ai compris alors que le théâtre, c’est de la science plus que de la littérature pure. Quand tu construis un personnage, c’est comme si tu résolvais une équation mathématique”, témoigne Ayoub Abounnasr à Maroc Hebdo. Et c’est peut-être grâce à cette approche rationnelle assez originale dans la scène artistique marocaine, que le jeune acteur a su conquérir des millions de téléspectateurs marocains en si peu d’années, notamment depuis son rôle principal dans les deux parties de L’Maktoub, série ramadanesque à succès diffusée en 2022 et 2023.


Sur les réseaux et dans les médias, Ayoub Abounnasr fait l’unanimité grâce à ses prestations de haut vol, alors que beaucoup le considèrent d’ores et déjà comme le nouveau visage de la télévision marocaine, et le meilleur de sa génération. Une ascension fulgurante à première vue, mais qui, en réalité, s’est construite lentement au fil des années. Né le 2 mai 1992 au quartier populaire Attacharouk à Casablanca, Ayoub Abounnasr a découvert le monde du théâtre par coïncidence, mais depuis, il s’y épanouit comme un poisson dans l’eau. Il fait ses premiers pas dans le théâtre scolaire durant les colonies de vacances et dans les maisons de jeunesse. Plus tard, cette passion commence à prendre une forme plus sérieuse, lorsqu’il intègre l’association Al Amal pour le théâtre, puis l’ISADAC en 2014.

Avant même d’obtenir son diplôme, le jeune Ayoub écrit et réalise plusieurs pièces, notamment “K’aat intidar 1” (Salle d’attente 1”) en 2018, un ensemble de monologues fascinants de quatre personnages qui racontent sur scène leurs calvaires personnels dans la société marocaine. Imprégnée d’un réalisme touchant, cette première véritable expérience professionnelle remporte 5 prix d’interprétation et 7 autres de réalisation lors de différents événements au Maroc et dans des pays arabes durant les années qui suivront. Au vu rayonnement populaire relativement limité du théâtre, c’est surtout à travers le petit écran qu’Ayoub Abounnasr construira sa réputation.

Le large public le découvre dans des séries diffusées sur la première chaîne et 2M, comme Hayna en 2020 puis Wlad El A’am l’année d’après. Puis arrive le rôle de Youssef, un antagoniste dans L’Maktoub 1 et 2 (2022 et 2023), qui marquera les esprits des téléspectateurs, et permettra à Ayoub Abounnasr d’accéder au rang de star nationale et chouchou du public. Et ce n’est que le début, nous assure le jeune acteur. “Je n’ai pas encore montré tout ce dont je suis capable”, nous lance-t-il avec une voix pleine d’assurance. “La pire chose qui puisse arriver à un acteur, c’est qu’il regarde un travail qu’il a fait il y a 3 ou 5 ans et qu’il se dise que c’est bien. Il faut toujours chercher à faire mieux et continuer à évoluer. C’est un signe positif, de se rendre compte des lacunes du passé et de se dire qu’on a été moins bon avant”, résume- t-il sa pensée ambitieuse.

Évoluer sans cesse
Paradoxalement, Ayoub Abounnasr s’oppose catégoriquement au concept de star. Pour lui, il suffit d’être “vrai” et “mettre son coeur” dans l’art pour pouvoir toucher le spectateur. Ainsi, même ceux qui n’ont pas de connaissances sur l’art, la télévision ou le jeu d’acteur peuvent se sentir réellement engagés dans ce qu’ils regardent. “Ma philosophie, c’est d’être curieux aussi. C’est très important car ça permet à l’acteur de rester en contact constant avec les gens, le monde qui l’entoure. Je regarde, lis, écoute et pose des questions tout le temps. Même un texte dans une feuille par terre dans la rue m’intrigue ”, nous dit-il. “En gros, l’artiste doit avoir une conscience globale et être préoccupé sans cesse, mais dans un sens positif.” Dans sa quête pour perfectionner son jeu et assouvir sa soif pour le savoir, Ayoub Abounnasr nous annonce qu’il compte faire un doctorat l’année prochaine en Belgique. Son objectif: mettre à niveau la scène artistique à travers la recherche. “On voit les prémices d’une nouvelle génération qui va tout changer”, insiste-t-il avec son optimisme habituel qui n’a d’égal que son ambition.

Articles similaires