Quel avenir politique pour le parti de la rose ?

L'USFP se range dans l'opposition

Le vent semble tourner dans le sens contraire pour l’Union socialiste des forces populaires. Alors que tout le monde s’attendait à ce que le parti soit annoncé dans la majorité gouvernementale, après l’aval accordé par le conseil national pour l’entrée au gouvernement, le voilà à la surprise générale se retrouver dans l’opposition.

Un choix qui pourrait s’avérer difficile vu l’enthousiasme affiché par le premier secrétaire du parti, Driss Lachguar, au sortir de la réunion de consultation qu’il avait tenue, lundi 13 septembre 2021, avec le nouveau Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch. Tout semblait bien parti pour une participation dans la coalition gouvernementale. Deux communiqués diffusés par le parti sont venus appuyer ce scénario.

Le premier insiste sur la volonté de l’USFP de s’engager dans la gestion des affaires publiques pendant cette période cruciale pour mettre en place le nouveau modèle de développement auquel aspirent les Marocains. Le deuxième fait suite à la tenue du conseil national, dimanche 19 septembre, et qui conditionne cette entrée à la réception d’une offre convenable de la part du nouveau Chef du gouvernement.

Mais plus tard, les choses se sont rapidement précipitées. Mardi 21 septembre au soir, coup de théâtre: l’USFP annonce, via un troisième communiqué, sa décision de se ranger dans l’opposition. Le lendemain, mercredi 22 septembre, le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar donne une conférence de presse dans laquelle il explique les tenants et les aboutissements de ce revirement de dernière minute.

Selon lui, les trois partis formant la majorité gouvernementale veulent exercer une hégémonie sur le champ politique au Maroc. Notamment sur la gestion des communes et des régions. Driss Lachguar considère désormais que l’intérêt national et celui du parti, ainsi que la protection des attentes des électrices et des électeurs ayant placé leur confiance en cette formation politique, exige que l’USFP rejoigne l’opposition.

Le premier secrétaire de l’USFP a aussi présenté une feuille de route pour le reste des opérations électorales, dont celle ayant trait à l’élection de la Chambre des Conseillers, ainsi qu’une autre feuille de route d’ordre organisationnel en perspective du 11ème Congrès du parti, qui devrait se tenir au plus tard au mois de décembre prochain. Autre annonce: Driss Lachguar partage son intention de ne pas se présenter pour un troisième mandat à la tête du parti.

Une promesse qui devrait permettre aux jeunes de prendre la relève. D’aucuns estiment que la décision de l’USFP de passer à l’opposition, bien qu’il y soit obligé, pourrait constituer une aubaine pour se reconstruire et reconquérir l’électorat perdu.