Aux abois, Chengriha s'accroche vaille que vaille à la carte du Sahara marocain


On l'aura compris : l'Algérie est en train de perdre sur toute la ligne eu égard à la question du Sahara marocain, où le Maroc ne laisse pas d'engranger les succès diplomatiques avec rien que ce lundi 26 février 2024 la réaffirmation par le nouveau ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, en visite de travail à Rabat, du soutien "clair et constant" de son pays à l'initiative pour la négociation d'un statut d'autonomie.

Un état de fait qui, pour la junte militaire au pouvoir dans la voisine de l'Est, sonne clairement comme un chant du cygne, mais qui ne l'empêche pas d'essayer de sauver les apparences en persistant vainement dans le projet de coupe réglée qu'elle souhaite depuis près de 50 ans mener à l'encontre du Royaume.

En déplacement à Tamanrasset, le chef d'état-major de l'armée algérienne et patron effectif de ladite junte, à savoir le général Saïd Chengriha, a, en effet, consacré une partie d'une allocution qu'il a donnée pour sortir des cartons le dossier des provinces mériodionales marocaines, en y allant même de sa comparaison grossière et tout-à-fait malvenue avec la cause palestinienne.

À en croire, ainsi, le sieur Chengriha, le Sahara marocain serait carrément témoin, et ce à l'instar de ce que l'on observerait depuis le 9 octobre 2023 dans la bande de Gaza, les "formes les plus odieuses d’abus commis contre les civils, en particulier contre les enfants, les femmes et les personnes âgées, sans aucune considération aux règles internationales les plus fondamentales des droits de l’Homme et du droit international humanitaire". Le concerné n'étant pas mort de sa sortie, on peut résolument croire que le ridicule ne tue pas.

Croupissant par centaines dans les geôles algériennes même, les Kabyles auraient peut-être, ceci étant dit, bien mérité les mêmes égard de la part de Saïd Chengriha, mais il semble que les "règles internationales les plus fondamentales des droits de l’Homme et du droit international humanitaire" doivent complètement passer à trappe quand c'est la soldatesque algérienne qui se retrouve à la manoeuvre.

Articles similaires