Attachement des MRE au royaume : Une passion qui résiste au temps et aux crises

Transferts d’argent, voyages estivaux, projets associatifs… Autant de baromètres qui permettent de mesurer l’attachement des Marocains résidant à l’étranger (MRE) envers le Royaume. Un patriotisme inspirant.

Le fort attachement de la diaspora marocaine envers leur patrie n’est plus à démontrer. Même en étant loin de la terre de leurs origines, ils conservent jalousement les liens précieux, cordon ombilical avec la «terre-mère». Un patriotisme qui se manifeste particulièrement via les transferts d’argent destinés à leurs familles et proches. Des envois qui n’ont cessé d’augmenter de manière significative ces dernières années. Après une diminution notée en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19, ils ont atteint un record de 100 milliards de dirhams en 2021, soit une hausse de 46,6% par rapport à 2020.

Dans un rapport conjoint «Green Back Morocco», publié le 28 avril 2021 avec la Banque mondiale, Bank Al-Maghrib (BAM) confirmait que le transfert des Marocains résidant à l’étranger (MRE) représente une importante source financière pour de nombreux ménages marocains. Une conclusion faite après une enquête réalisée auprès de familles d’immigrés basées dans les régions de Casablanca-Settat, Beni Mellal-Khenifra, Souss-Massa et l’Oriental. Ladite étude révélait que 52% des expéditeurs sont soit le frère ou la soeur du bénéficiaire.

Hommage royal
L’autre baromètre pour mesurer leur amour manifeste pour le Royaume, c’est bien évidemment l’Opération Marhaba, qui leur permet de retourner au bercail durant la saison estivale, à travers plusieurs facilitations mises en place par le gouvernement marocain. Une occasion pour bon nombre d’entre eux de passer les fêtes de l’Aïd El-Fitr et de l’Aïd Al-Adha avec leurs familles. Après une trêve forcée en 2020 et 2021, l’opération a repris cette année, avec quasiment la même ampleur. Plus d’1 million de MRE et 270.754 véhicules sont entrés au Maroc via les ports de Tanger et Tarifa, entre le 5 juin et le 29 août 2022, d’après les chiffres officiels. Un important flux qui a permis au secteur touristique de renflouer ses caisses après les énormes pertes enregistrées lors du Covid.

Cette passion a d’ailleurs été confirmée à maintes reprises par le roi Mohammed VI. «En faisant le bilan des réalisations accomplies dans le cadre de la marche que nous conduisons sur la voie du développement et de la réforme, il nous parait nécessaire d’exprimer la fierté que nous inspirent le civisme et l’attachement immuable à la mère patrie, dont font preuve les membres de notre communauté résidant à l’étranger », déclarait-il dans son discours lors du 14e anniversaire de la Fête du Trône du 30 juillet 2013. Et le Souverain de poursuivre. «En effet, bien que leur situation matérielle ait pâti de la crise financière mondiale, ils supportent volontiers les fatigues du voyage, parfois de longues distances à travers l’Europe, pour se rendre dans leur pays et retrouver les leurs.

Nous saluons, donc, leur patriotisme sincère, leur souhaitons la bienvenue, et les assurons de toute notre sollicitude». Et visiblement, cette fibre patriotique a résisté au temps et aux générations. En attestent les nombreux jeunes cadres marocains qui décident de retourner définitivement au pays après leurs études et expériences professionnelles, qui créent des entreprises ou qui lancent des projets associatifs au Maroc ou entre leur pays d’adoption et leur patrie. Le Roi l’a d’ailleurs souligné dans son dernier discours prononcé le 20 août 2022, à l’occasion du 69ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. «Loin d’être l’apanage des immigrés de première génération, les attaches humaines solidement tissées avec le Maroc et la fierté de lui appartenir constituent un patrimoine qui se transmet de père en fils. C’est avec enthousiasme que les troisième et quatrième générations le revendiquent, d’ores et déjà, à leur tour».

Aujourd’hui, les Marocains du monde souhaitent s’impliquer activement dans la vie politique au Maroc, à travers une représentativité au parlement et une participation aux élections, afin de renforcer leur attachement avec le Royaume. Une vieille doléance maintes fois réitérée par plusieurs associations de MRE.