Astrazeneca : l'Europe tremble, le Maroc en profite

Début de la 2ème phase de la campagne de vaccination

Le Maroc a bien géré sa campagne de vaccination. Il s’apprête à lancer dans les prochains jours la 2e phase, qui concernera les personnes âgées entre 45 et 60 ans. Des millions de doses de vaccins (Spoutnik V, AstraZeneca et le dispositif Covax) seront livrées d’ici fin mars.

La campagne nationale de vaccination est sur la bonne voie. Malgré une petite suspension de quelques jours à cause d’une pénurie de vaccins, plusieurs éléments tendent vers une réussite de cette campagne, qui a débuté le 28 janvier 2021. Pour le moment, le Maroc a déjà vacciné près de 6 millions de personnes, dont 4,3 millions pour la première dose, soit 95% des doses injectées en Afrique. Le Maroc a fait mieux que plusieurs pays développés. Le calendrier serait également respecté, à en croire des sources, qui nous confient que le Maroc va lancer dans quelques jours, ou au plus tard dans deux semaines, la deuxième phase de sa campagne de vaccination.

Le malheur des uns, le bonheur des autres
Il s’agira de vacciner les personnes âgées entre 45 et 60 ans, une phase décisive pour atteindre une immunité collective. Le début de cette phase dépendra des prochaines livraisons des doses de vaccins. Selon nos sources, le Maroc va recevoir d’ici fin mars 500.000 doses de vaccins Spoutnik V, en plus des 1,2 million de doses dans le cadre du dispositif Covax, initié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Maroc pourrait aussi se faire livrer près de 500.000 doses du vaccin chinois Sinopharm, une information qui n’a toutefois pas été vérifiée vu la volte-face effectué par les Chinois, qui n’ont pas honoré leurs engagements contractuels avec le Maroc.

Ce qui est, en revanche, certain, c’est que le Maroc recevra incessamment d’importantes quantités du vaccin AstraZeneca. On parle de 4 millions de doses, voire plus. Le Maroc profitera, en effet, de l’allégement de la pression en termes de demandes pour ce vaccin. Plusieurs pays européens l’ont suspendu à cause de l’apparition de cas de caillots sanguins, selon eux.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. La suspension ou l’annulation de commandes auprès d’AstraZeneca ouvrira en effet une importante brèche pour notre pays, qui ne compte pas rester les bras croisés devant une telle opportunité. Des discussions très poussées sont actuellement menées pour accélérer les prochaines livraisons et négocier de plus grandes quantités. Par rapport au risque de caillots sanguins à cause de ce vaccin, rien n’a été prouvé scientifiquement. «Plus de 17 millions de personnes ont utilisé le vaccin dans l’Union européenne et au Royaume-Uni.

La plupart de ceux et celles qui ont été vaccinés au Maroc, l’ont été avec le vaccin d’AstraZeneca. A ce jour, aucun cas d’embolie pulmonaire n’a été signalé au Maroc avec comme cause avérée, le vaccin. En Europe et au Royaume- Uni, sur un total de 17 millions de personnes vaccinées, 22 cas seulement d’embolie pulmonaire ont été signalés, dont aucun, à ce jour, n’a été lié au vaccin lui-même», précise Samir Machour, Senior vice-president et Chief quality officer de Samsung Biologics.

Machour, en étroite collaboration avec les autorités du pays, mène actuellement une véritable bataille de lobbying auprès d’AstraZeneca pour bien positionner le Maroc dans le cadre de ses prochaines livraisons.

Articles similaires