Assassinat d’une française à Tiznit: La piste terroriste privilégiée

La piste terroriste serait désormais privilégiée dans le meurtre, samedi 15 janvier, d’une touriste française à Tiznit, et l’agression, le jour même, d’une ressortissante belge à Agadir. Le suspect a été soumis à l’enquête du Bureau central des enquêtes judiciaires (BCIJ), suite aux ordres du procureur général près la cour d’appel de Rabat, spécialisé en matière de terrorisme, a indiqué, lundi 17 janvier, l’agence espagnol EFE.

Âgé de 31 ans, le meurtrier présumé a mortellement attaqué à la hache une Française de 79 ans dans le marché municipal de Tiznit, avant d’être arrêté par la police à Agadir, où il venait juste d’attaquer à l’arme blanche les clients d’un café situé sur la corniche de la ville, blessant gravement une touriste belge. Cette dernière a été hospitalisée alors que l’assaillant a été rapidement arrêté.

Le même jour, un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a indiqué que l’homme en question avait été admis auparavant dans un hôpital psychiatrique, tandis que sa famille a révélé aux médias des documents attestant qu’il souffrait de “troubles mentaux” et qu’il suivait un “traitement” pour cette raison. Le suspect aurait même été hospitalisé l’an dernier, pour la durée d’un mois, dans un service psychiatrique de l’hôpital Hassan Ier de Tiznit.

Cette affaire rappelle l’assassinat à l’arme blanche, en décembre 2018, de deux touristes, une danoise et une norvégienne, à Imlil, près de Marrakech. Les trois principaux coupables, qui ont décapité les deux victimes au nom de l’organisation État islamique (EI), ont été condamnés à mort par le tribunal antiterroriste de Salé en juillet 2019. 21 autres individus impliqués dans ce double meurtre qui avait bouleversé l’opinion publique marocaine, ont écopé de peines allant de cinq ans de prison à la perpétuité.

L.K