L'ASMEX souhaite relancer les exportations entre les deux royaumes

Échanges commerciaux maroc-arabie saoudite

Des opportunités d’investissement et de partenariat ont été identifiés dans des secteurs clés tels que l’industrie, le transport et la logistique, les énergies renouvelables, l’agroalimentaire, le tourisme, l’immobilier, les mines et la construction, particulièrement dans les PME et TPE.

L’Association marocaine des exportateurs (Asmex) souhaite renforcer les échanges économiques entre le Maroc et l’Arabie saoudite. Elle a accueilli, le 14 juin 2022 à Casablanca, une délégation de vingt-cinq hommes d’affaires saoudiens qui s’activent dans plusieurs secteurs d’activité, présidée par Ali Borman El Yami, président du Conseil d’affaires Arabie saoudite-Maroc de la Fédération des chambres saoudiennes. Cette rencontre, à laquelle ont participé plusieurs exportateurs marocains, intervient deux mois après l’organisation du Forum d’affaires maroco- saoudien, organisé à Djeddah en avril dernier, évènement qui a été marqué par la signature d’un mémorandum d’entente entre l’Asmex et l’Union des chambres de commerce en Arabie saoudite.

Hausse du volume d’échanges
D’après Hassan Sentissi El Idrissi, président de l’Asmex, ce nouvel acte permettra aux deux pays de rattraper le temps perdu. «Les domaines dans lesquels nos deux pays peuvent développer des partenariats économiques et/ou commerciaux sont multiples et je suis vraiment frustré de voir la quantité de produits que nos deux royaumes importent d’autres pays alors que nous gagnerons à les échanger directement entre nous pour plus d’efficacité et une plus grande marge bénéficiaire pour les deux parties», a-t-il déclaré. Ali Borman a abondé dans le même sens. A l’en croire, ce partenariat permettra «de dynamiser les relations bilatérales et soutenir l’investissement et la création de valeur pour les PME (petites et moyennes entreprises) et les industries exportatrices».

Plus de temps à perdre. Des opportunités d’investissement et de partenariat ont été identifiées dans des secteurs clés tels que l’industrie, le transport et la logistique, les énergies renouvelables, l’agroalimentaire, le tourisme, l’immobilier, les mines et la construction, particulièrement dans les Petites et moyennes entreprises (PME) et Très petites entreprises (TPE). Pour faciliter ces échanges, faudrait-il encore lever certaines barrières, notamment celles liées au transport et à logistique. D’où la nécessité, selon les deux parties, d’activer «dans les plus brefs délais une ligne maritime directe qui permettra de décongestionner les flux commerciaux actuels et encourager de nouveaux».

Première puissance économique du Moyen- Orient et 19e au monde, l’Arabie saoudite est très active sur le marché international. D’après des statistiques officielles, ses exportations ont atteint 261 milliards de dollars en 2019, tandis que les importations se sont chiffrées à 153 milliards de dollars la même année. Le Maroc figure parmi ses partenaires commerciaux.

Le volume des échanges entre les deux pays a considérablement augmenté en 2021, en atteignant 17 milliards de dirhams. Les exportations marocaines vers l’Arabie saoudite se sont élevées à 768 millions de dirhams en 2021. Des exportations composées principalement de voitures de tourisme, de sucre brut et raffiné et d’agrumes. Quant aux importations, elles sont estimées à 16 milliards de dirhams durant la même année, avec des produits énergétiques, des produits plastiques, des produits chimiques, du soufre brut et raffiné.