Interview de ASMAA EL ARABI, humoriste-entrepreneure

"CE TOUCHE-À-TOUT ME DONNE L’OCCASION DE REPRÉSENTER LA SOCIÉTÉ MAROCAINE"

Jeune entrepreneure, Asmaa El Arabi brille sur les réseaux sociaux avec son concept «The Tberguig», où elle carica- ture quotidiennement des phénomènes sociétaux. Âgée à peine de 26 ans, cette jeune femme dirige une carrière artistique prometteuse et une agence de marketing et de communication. Casablancaise affirmée, Asmaa El Arabi a obtenu son bac au lycée Lyautey en 2010, pour ensuite faire des études de commerce entre Paris, New York et le Mexique. Étudiante brillante et artiste talentueuse, Asmaa a pu joindre l’utile à l’agréable en excellant dans les deux domaines qu’elle aime. «The Tberguig» et «Silsila Agency», les deux bébés d’une jeune femme pleine de surprises. Confinée à Casablanca, Asmaa n’a rien perdu de son sens de l’humour. La jeune humoriste accompagne quotidiennement ses fans sur les réseaux sociaux avec des vidéos hilarantes, pour leur redonner le sourire en ces temps difficiles. Interview avec «l’épieuse» préférée des Marocains.

Ça va? Ton sens de l’humour semble res- ter intact après deux mois et demi de confi- nement, comment vis-tu cette période?
Ça va, Dieu merci, et I mean it, dans le sens où cette période a vraiment été une période d’introspection, de reconnaissance et de gra- titude. L’humour est un refuge pour moi, c’est un lieu de transformation où je peux aller au delà de mes sensations, de ma tristesse et de ma peur. Je viens de perdre mon grand-père, qui est une figure d’amour inconditionnel dans ma vie, et grâce à la force des personnages que j’incarne, je peux retrouver ma force émo- tionnelle et dépasser mes angoisses.

Comment se présenterait Asmaa à quelqu’un qui ne la connaît pas?
Je me présente souvent à travers ce que je fais, puisque cela définit ce que je suis. Humo- riste mais aussi entrepreneure, à travers mon agence de storytelling, qui reste un peu une activité complémentaire avec ce que je fais, puisque la stratégie de marketing et de com- munication repose également sur la création et le développement des idées, l’imagination de concepts audiovisuels, le fait de faire par- ler des entreprises... c’est proche de l’humour mais différemment.

De quoi et de qui s’inspire Asmaa en cette période de confinement?
Et en temps nor- mal? Je ne mets pas de barrières à mes inspira- tions, ou au type de marocanité que je veux représenter. J’ai toujours envie d’embrasser tout ce que je vois, tout ce que j’entends, dans mon environnement proche ou lointain. Mon inspiration peut résulter d’une scène d’un marché ou d’un “khiyat” (couturier). Le Ma- roc est divers, le fait de faire de plus en plus des vidéos darija (dialecte marocain), tout en gardant le volet darija-français m’a permis une réelle progression. Ce touche-à-tout me donne l’occasion de représenter la société marocaine sous ses différents aspects.

Les médias sociaux, c’est bien, mais à quand un pas plus audacieux, la scène ou la télé?
Les médias sociaux sont une expérience ma- gnifique, et une opportunité incroyable pour représenter ce que je fais et ce que je suis, et ce, de façon perpétuelle. Ils m’ont permis de construire une relation d’intimité et du quotidien avec le public, ce qui est très fort comme lien. Sinon, je fais déjà de la scène pour des événements privés, ou pour présenter la première partie d’autres artistes, comme ce que je devais faire pour le spectacle de Malik Bentalha, qui a été décalé à cause de la crise. Je suis actuellement en train d’écrire mon spectacle, qui est aussi retardé par la crise.

Influenceuse ou humoriste?
Humoriste.

Qui est Jad? (un personnage très connu et apprécié de The Tberguig) Jad, on ne le décrit pas, on le ressent! En fait, un Jad, c’est tout ce qu’un homme ne devrait pas être, mais en même temps on s’attache à lui d’une manière presque interdite, et c’est génial!

Vos vidéos font rire beaucoup de Marocains, et vous, qu’est-ce qui vous fait rire dans la vie?
Ce que je fais me fait rire. Au quotidien, j’aime beaucoup l’humour absurde, l’humour de situation, qui est en décalage avec la situation dans laquelle on se trouve. En tout cas, c’est un humour d’échange, puisque j’ai des acolytes humoristiques dans mon quotidien, qui partagent avec moi ce jeu d’acteurs et qui me donnent la réplique. Maintenant que j’ai cette question, je me rends compte que je suis très attachée à cet humour de conversation où la vie quotidienne se transforme en une petite pièce de théâtre.

The Tberguig ou Silsila Agency?
L’agence Silsila gagne du terrain, hamdoulah! Même si je consacre la majorité de mon temps à ma carrière artistique. Silsila me permet d’appréhender des projets plus importants même en terme d’humour, c’est une forme d’accomplissement business et intel- lectuel que j’aime beaucoup. Je dirais un bon équilibre entre les deux, chacun est cohérent avec l’autre, j’arrive à jongler entre les deux sans problèmes


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger