L’arrivée au pouvoir du Parti populaire changera-t-elle la position de l’Espagne sur le dossier du Sahara ?


L’Espagne succèdera à la Suède à la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne, du 1er juillet 2023 au 1er janvier 2024. Pendant six mois, l’Espagne définira l’agenda et les priorités politiques de l’Union, avant de passer le relais à la Hongrie. L’échec du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sanchez, actuel président du gouvernement espagnol, au scrutin communal et régional a chamboulé ses calculs. Pedro Sánchez, a été obligé d’annoncer, lundi 29 mai 2023, la tenue d’élections générales anticipées le 23 juillet prochain.

Il se peut qu’il n’assure cette présidence que durant trois semaines si le parti populaire (PP) rafle la mise lors de ce scrutin.Le Maroc comptait beaucoup sur l’Espagne de Pedro Sanchez. La présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne est un élément clé dans les relations bilatérales et dans les relations du Royaume avec les vingt-sept membres de ce groupement économique. L’un des défis de la présidence tournante de l’Espagne sera de régler le contentieux judiciaire sur les accords Maroc-UE en matière d’agriculture et de pêche, invalidés par la cour de justice européenne. Concernant l’accord de pêche, l’Espagne est le plus grand bénéficiaire. Le gouvernement espagnol de Pedro Sanchez ne ménage d’ores et déjà aucun effort notamment pour soutenir le Maroc et sa position sur la question du Sahara, sachant qu’elle est l’intérêt stratégique suprême pour le Royaume.


Brouillé avec les institutions européennes, Rabat peut compter sur le soutien de l’Espagne, devenue premier État européen à sortir de la neutralité sur le dossier du Sahara. D’ailleurs, Pedro Sanchez n’a raté aucune occasion pour manifester son appui au règlement de la question du Sahara sur la base du plan d’autonomie. Le 8 mai 2023, devant Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, s’est rendu à Madrid où il s’est réuni avec Pedro Sanchez. Et le 12 mai à la Maison blanche avec Joe Biden, le président des Etats-Unis.

Mais pour combien de temps encore ? La fort probable arrivée au pouvoir du PP changera-t-elle la position de l’Espagne ? Pour nombre d’observateurs, l’annonce du soutien officiel de Pedro Sanchez au plan marocain d’autonomie, le 18 mars 2022, est une position de l’Etat espagnol et non d’un parti au pouvoir. Cependant la réaction du président du PP, Alberto Núñez Feijóo, soulignant l’impératif de rétablir les relations avec l’Algérie, laisse planer des doutes sur le maintien de la position du voisin ibérique sur le dossier du Sahara.

Articles similaires