Arrêtons une fois pour toutes la mendicité des enfants

JOURNÉE NATIONALE DE L’ENFANT: LANCEMENT DU PROGRAMME "WLADNA"

Le programme “Wladna”consiste à lancer des dispositifs territoriaux intégrés pour la protection de l’enfance.

Dans le cadre de la promotion et de la protection des enfants, le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la Famille a lancé un plan d’action pour protéger cette catégorie de l’exploitation à des fins de mendicité ainsi que le programme “Wladna” qui consiste à lancer des dispositifs territoriaux intégrés pour la protection de l’enfance, selon un bilan du ministère.

En droite ligne des Hautes orientations de SM le Roi dans le domaine de la promotion et de la protection de l’enfance, et conformément à l’initiative “Rabat : ville sans enfants en situation de rue” lancée par l’Observatoire National des Droits de l’Enfant (ONDE) présidé par Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem, le ministère et la présidence du ministère public ont lancé, le 04 décembre 2019, un plan d’action pour protéger les enfants de l’exploitation à des fins de mendicité, dans une expérience modèle à Rabat, Salé et Témara.

Dans un communiqué retraçant le bilan des réalisations dans le domaine de l’enfance au cours de la période du 25 mai 2020 au 25 mai 2021, à l’occasion de la Journée nationale de l’enfant, le ministère précise que cette initiative s’est faite en coordination avec plusieurs départements ministériels et établissements publics ainsi qu’avec l’ONDE et la Ligue marocaine pour la protection de l’Enfance.

Parmi les résultats de ce plan d’action figure la protection de 142 enfants, dont 79 de sexe féminin, et ce jusqu’au 15 décembre 2020, ajoute la même source, notant que les données ont révélé que 66% de ces enfants sont âgés entre 0 et 04 ans, dont 27% ont moins d’un an, et 13 enfants sont de nationalités étrangères. De plus, tous les cas enregistrés à ce jour concernent des mères mendiant avec leurs enfants (97 mères), à l’exception de la grand-mère (deux cas) et d’une proche de la mère (un seul cas), poursuit le communiqué.

Services sociaux
Les résultats ont également révélé que 17% des femmes mendient avec plus d’un enfant et que 46% d’entre elles sont des mères mariées, 38% sont des mères célibataires, 13% sont des mères divorcées et 02% sont des mères veuves, indique le communiqué, ajoutant que les mères mendiant avec leurs enfants qui n’ont pas fait l’objet de poursuites pour exploitation de leurs enfants dans la mendicité ont également bénéficié de services sociaux, notamment le soutien psychologique, la médiation familiale, l’orientation vers des programmes sociaux et une coordination pour la formation et l’emploi.

Sur la base de l’affirmation de tous les partenaires selon laquelle cette expérience modèle dispose de toutes les conditions nécessaires à son succès dans d’autres régions, l’initiative a été étendue pour inclure quatre régions et de nouvelles provinces, à savoir Tanger, Meknès, Marrakech et Agadir, dans l’optique de sa généralisation à l’échelle nationale, et ce dans le cadre de la convergence avec les villes modèles accueillant les dispositifs territoriaux intégrés pour la protection de l’enfance, note le communiqué. Au niveau de la prise de conscience et de la sensibilisation, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a invité les prédicateurs des mosquées à aborder la question de la protection des enfants contre l’exploitation à des fins de mendicité dans le deuxième sermon du vendredi 12 mars 2021.

Il a également appelé les prédicateurs et les mourchidines à aborder le thème de “la sensibilisation à la protection des enfants contre l’exploitation dans la mendicité”, dans le cadre de leur programme d’activités religieuses. Par ailleurs, le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la Famille a souligné que le programme “Wladna” s’inscrit dans le cadre de la mise en place du deuxième objectif stratégique de la politique publique intégrée de protection de l’enfance au Maroc (2015-2025) relatif à la création de dispositifs territoriaux intégrés pour la protection de l’enfance.

Ce programme s’inscrit également dans le cadre de la mise en oeuvre du Pacte national pour l’enfance issu des travaux de la 16è édition du congrès national des droits de l’enfant, organisé par l’ONDE en novembre 2019, sous le Haut patronage de SM Mohammed VI et la présidence effective de SAR la Princesse Lalla Meryem. Selon le communiqué, ce programme comprend un ensemble de mesures visant à renforcer le système de protection de l’enfance contre diverses formes de négligence, de violence et d’exploitation au niveau des provinces, notamment la création de comités provinciaux et de centres d’accompagnement pour protéger l’enfance.

Plans provinciaux
Afin de garantir la continuité du lancement des dispositifs territoriaux intégrés pour la protection de l’enfance, le ministère a élaboré un plan d’action pour l’année 2021, qui comprend un ensemble d’activités, notamment l’accompagnement des comités provinciaux de protection de l’enfance pour préparer des diagnostics pour les services et structures de protection de l’enfance et l’élaboration des plans d’action provinciaux.

Il s’agit aussi de la maintenance du système d’information intégré pour suivre l’enfant depuis la chaîne de protection, la formation des acteurs à son utilisation et à son développement selon les résultats de la phase pilote, du lancement d’un programme de formation dans le domaine de la protection de l’enfance au profit des acteurs actifs dans les préfectures et provinces qui accueillent les nouveaux dispositifs territoriaux, sur la base des résultats de l’évaluation du premier programme, ainsi que du soutien de l’élaboration du protocole-cadre pour la protection des enfants et l’accompagnement des acteurs territoriaux pour le mettre en place.

Le ministère a lancé au début de l’année 2021, en coordination avec les départements ministériels concernés, le processus de création des dispositifs territoriaux dans 10 nouvelles provinces, dont Béni-Mellal, Sidi Kacem, Fès, El Jadida, Taroudant, Taounate, Errachidia, Oujda, Kénitra et Settat.

La célébration par le Maroc de la Journée nationale de l’enfant (25 mai) constitue une occasion de renouveler l’engagement de tous les acteurs dans le Royaume, gouvernement, associations et organisations nationales et internationales, sous la sage conduite de de SM le Roi, qui accorde une attention particulière à la promotion des conditions de l’enfance, et l’adhésion personnelle de la Princesse Lalla Meryem, Présidente de l’Observatoire national des droits de l’enfant, relève le communiqué.

Le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la Famille a en outre salué les efforts déployés pour mettre en oeuvre les orientations Royales, afin de généraliser la protection sociale, qui comprend la généralisation des allocations familiales ciblant 7 millions d’enfants en âge de scolarité, dont 3 millions de familles bénéficiaires durant la période 2023-2024, afin de permettre aux familles qui ne bénéficient pas de ces allocations de toucher, selon le cas, des indemnités couvrant les risques liés à l’enfance, ou des indemnités forfaitaires.