ARRÊT DE LA COMMERCIALISATION DES TESTS SALIVAIRES

LUTTE CONTRE LE COVID

La Chambre syndicale des biologistes avait dénoncé dans un courrier à Bouchra Meddah, directrice du médicament et de la pharmacie au ministère de la Santé, la mise en vente de tests salivaires sans autorisation du ministère.

Le retrait des tests salivaires Gigalab dans toutes les pharmacies du Royaume, c’est ce qu’a décidé la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP). Ce service, relevant du ministère de la Santé, fait part de cette décision à l’Ordre des pharmaciens à travers une lettre, le 14 juillet, dans laquelle elle ordonne le rappel sans délai de ce réactif.

«Suite aux réclamations concernant ce réactif, des missions d’inspection ont été diligentées auprès des officines de pharmacies et des établissements pharmaceutiques grossistes répartiteurs», indique la DMP, qui précise que cette mesure a été prise après qu’«il a été constaté que le réactif à usage de diagnostic in Vitro Gigalab Covid-19 Ag Gold Salive de l’établissement Gigalab, a été mis en vente dans les officines à travers les établissements pharmaceutiques grossistes répartiteurs, et ce, sans autorisation du ministère de la Santé».

Cette décision intervient une semaine après l’envoi, par la Chambre syndicale des biologistes, d’un courrier à Bouchra Meddah, directrice du médicament et de la pharmacie au ministère de la Santé, où elle dénonçait «la commercialisation de kits de diagnostic antigénique salivaire Covid-19 à des pharmacies via des sociétés de distribution pharmaceutique » par la société Gigalab.

Gain de cause pour les biologistes
«Les pharmaciens ne sont pas habilités à réaliser des examens de biologie médicale, sauf ceux spécifiés dans l’arrêté du ministère de la Santé N.1131-13 relatif à la loi 12-01», soulignait-elle. Toujours d’après les biologistes, «les tests rapides antigéniques salivaires Covid-19 ne sont pas autorisés dans le privé, où tout examen réalisé dans le cadre du Covid est soumis à autorisation ministérielle préalable, à la base d’un cahier des charges avec la RT-PCR comme seul examen autorisé». A les en croire, Gigalab s’apprête à commercialiser ce test «directement à de entreprises marocaines via la CGEM». Tout en exprimant son étonnement, devant une telle pratique, la chambre avait demandé à Bouchra Meddah de «diligenter une enquête pour faire le point sur la véracité de ces agissements, qui sont en contradiction avec la législation en vigueur».

La demande de retrait de ce produit commercialisé dans les officines depuis début juillet 2021 semble tout de même paradoxale, d’autant plus qu’il avait été autorisé par le ministère de la Santé qui avait même publié son certificat d’enregistrement le 3 juin 2021, un certificat valable «jusqu’au 2 mai 2026».

Pour rappel, la mise en vente de ces tests salivaires Gigalab a été annoncée par l’entreprise éponyme, lors d’un webinaire organisé début juin 2021 durant lequel son DG, Karim Zaher, affirmait que c’est un test «très facile à utiliser» et dont le taux de fiabilité varie entre «94,5% et 99,99%». Ces tests PCR «100% marocains» sont vendus en une boîte unitaire (un seul test) et une boîte de 25 tests, avec un prix qui varie entre 80 et 100 dirhams. M. Zaher y annonçait que sa société disposait d’une capacité de production de 2 millions de tests salivaires par mois, qui peut être augmentée selon la demande, et prévoyait d’en exporter dans le continent.