Armement: Un système anti-drone Israélien pour les FAR

Alors que le ministre de la Défense israélien se rend au Maroc, de nombreuses sources font état de l’achat par l’armée marocaine de la technologie israélienne Skylock Dome, réputée pour son efficacité contre les attaques de drones.

Faute de Dôme de fer, le Maroc fera avec le Skylock Dome. Alors que de nombreux médias faisaient part d’un intérêt supposé du Royaume pour le premier système, qui vise à se protéger des missiles et qu’utilise Israël lors des attaques du mouvement palestinien du Hamas contre lui, c’est plutôt le second qui viendrait d’être acquis par les Forces armées royales (FAR). Lui aussi de fabrication israélienne, Skylock Dome se focalise lui, plutôt, sur les drones, et à en croire le journal électronique Globes, le Maroc ferait partie d’une liste de vingt-sept pays à en disposer maintenant. Coût estimé: 4,5 millions de dollars; somme qui reste, quoi qu’il en soit, bien en deçà du prix estimé du Dôme de fer, autrement conséquent.

Skylock Dome peut, selon des détails donnés par Globes, abattre plusieurs drones à la fois ou même en prendre le contrôle. Il permet notamment de sécuriser des infrastructures stratégiques. Parmi les autres pays ayant pris possession de Skylock Dome, on cite des pays d’Asie de l’Est et aussi, dans le monde arabe, les Émirats arabes unis. L’annonce de cet achat intervient à un moment où le ministre de la Défense israélien, Benny Gantz, se rend pendant deux jours au Maroc.

Peu de détails ont encore été révélés sur les détails de cette visite, si ce n’est qu’il aura l’occasion de s’entretenir avec le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et le ministre délégué à l’Administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi. Preuve en est que la question de la défense jouit d’une grande importance eu égard au rétablissement des relations entre le Maroc et Israël acté le 22 décembre 2020 au titre des accords d’Abraham, chapeautés par l’administration du président américain Donald Trump.

Mur de défense
Mais il faut dire aussi que la coopération maroco-israélienne en la matière date de belle lurette et qu’elle s’était notamment illustrée par le biais de la construction du mur de défense du Sahara marocain, par le biais duquel les FAR empêchent toute attaque venant d’Algérie à l’encontre des provinces du Sud. Plus récemment, les FAR avaient par ailleurs obtenu, fin janvier 2020, quatre drones Harfang dont certains seraient notamment mis à contribution à l’encontre des milices du mouvement séparatiste du Front Polisario qui tentent depuis novembre 2020 justement de s’attaquer audit mur de défense.

Côté israélien, on semble voir en Rabat un allié de poids dans la croisade de l’État hébreu contre le régime iranien, qui rappelons-le soutient depuis novembre 2016 au moins, par le biais de l’organisation libanaise du Hezbollah, le Polisario et offre à ses éléments une formation militaire poussée, avec la bienveillance, en outre, de la voisine de l’Est. Au cours du déplacement effectué le 13 août 2021 au Maroc, le ministre des Affaires étrangères israélien, Yaïr Lapid, avait, à ce propos, dénoncé les accointances d’Alger avec Téhéran et fait part d’“une certaine inquiétude” de la part des siens.