L'armée israélienne reconnait que la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh a été tuée par un tir de ses soldats

Pour la première fois, l’armée israélienne a reconnu, lundi 5 septembre 2020, que la reporter palestinienne de la chaîne Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, aurait été tuée en mai par un soldat israélien.

Dans les "conclusions finales" de son enquête, l’armée a annoncé que l'un de ses soldats avait bien tiré en direction de la journaliste en se trompant d’identité.

"Il y a une forte possibilité que Mme Abu Akleh ait été touchée accidentellement par un tir de l'armée israélienne qui visait des suspects identifiés comme des hommes armés palestiniens", selon les résultats de l'enquête. L'armée a, par ailleurs, indiqué avoir étudié chronologiquement la séquence des événements, analysé les lieux, les vidéos et les sons enregistrés sur place et mené une simulation de la scène.

Des experts israéliens avaient également mené une analyse balistique de la balle, le 2 juillet, en présence de représentants du Comité de coordination sécuritaire des Etats-Unis pour Israël et l'Autorité palestinienne, selon la même source. La journaliste américano-palestinienne avait été tuée par balle le 11 mai alors qu'elle couvrait une opération militaire israélienne dans le camp palestinien de Jénine.