Conflit armé à Khartoum : Le Maroc appelle à la fin des hostilités


Depuis le samedi 15 avril dernier, un conflit armé oppose les Forces armées soudanaises (FAS) et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) en plein coeur de Khartoum. Les hostilités ont occasionné des tirs d’artillerie qui ont malencontreusement touché les habitations ainsi que certaines ambassades. Les projectiles, tombant au hasard, ont causé des dégâts considérables, éventrant les maisons et soufflant les toitures.

Selon les chiffres avancés par l’Organisation mondiale de la santé, près de 300 personnes ont déjà perdu la vie dans les combats, tandis que plus de 3 000 autres ont été blessées. De plus, sur les 59 hôpitaux répertoriés dans la ville de Khartoum, 39 sont actuellement inopérants, faute d’électricité, de personnel et de matériel. La situation au Soudan est d’autant plus préoccupante que les réserves alimentaires s’épuisent progressivement dans le pays, qui est déjà touché par une inflation à trois chiffres en temps normal.


Aucun convoi d’approvisionnement n’a pu entrer dans la capitale depuis samedi dernier, exacerbant ainsi la crise alimentaire. Dans un pays comptant 45 millions d’habitants, où la famine touche plus d’un tiers de la population, les travailleurs humanitaires et les diplomates sont désormais impuissants face à cette situation dramatique et sont eux-mêmes victimes de cette situation. Face à cette situation, le Maroc a appelé, dimanche 16 avril 2023 à Addis-Abeba, devant le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), à l’arrêt immédiat des hostilités et à la reprise du dialogue en faveur d’une paix et stabilité durables au Soudan.

L’Ambassadeur Représentant permanent du Royaume auprès l’UA et de la CEAONU, Mohamed Arrouchi, a affirmé que le Maroc exhorte les deux parties à déclarer une cessation immédiate des combats. Il a également appelé le Président de la Commission de l’UA à user de ses bons offices pour accélérer la reprise du dialogue entre les différents acteurs.

La cité de Khartoum est présentement immergée dans un état de profonde détresse, en proie à une violence persistante. Les autorités marocaines ont ainsi émis une recommandation à l’adresse des ressortissants de leur nation, les enjoignant à ne point quitter leurs domiciles et à se conformer scrupuleusement aux directives édictées par les autorités soudanaises compétentes. En cas de nécessité, lesdits ressortissants ont la possibilité de se rapprocher de l’ambassade du Royaume du Maroc à Khartoum, pour y recevoir toute l’assistance requise.

Articles similaires