Flou sur l'application du pass vaccinal dans le secteur privé

La CGEM sollicite des éclairages du gouvernement

Dans un courrier transmis au gouvernement Akhannouch, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) souhaite avoir des réponses sur certaines questions liées aux modes d’application du pass vaccinal dans les entreprises du secteur privé.

Depuis le 21 octobre 2021, le pass vaccinal est obligatoire pour effectuer des déplacements entre les préfectures, se rendre dans les administrations, ou fréquenter des lieux publics comme les cafés et restaurants, si l’on se fie au communiqué du gouvernement qui a officialisé la date d’entrée en vigueur de cette mesure.

«Les fonctionnaires, les employés et les usagers des administrations sont (…) tenus de fournir le pass vaccinal pour accéder aux administrations publiques, semi-publiques et privées», indique-t-il.

Mais, concrètement, est-ce que toutes les entreprises du secteur privé sont concernées par cette décision outre les hôtels, les cafés et les restaurants? Telle est l’une des questions posées par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), par le biais d’un courrier transmis au Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, et aux ministres de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, de la Santé, Khalid Aït Taleb, et de l’Inclusion économique, de la petite entreprise et de l’emploi, Younes Sekkouri. Dans cette lettre, le patronat marocain sollicite de leur part des éclaircissements dans ce sens.

Contrôle technique
Autres interrogations soulevées par l’équipe de Chakib Alj, l’exigence ou non de ce document aux visiteurs qui voudront se déplacer dans ces structures ainsi que les mesures que peut engager l’entreprise à l’encontre des salariés qui ne disposent pas de pass vaccinal. La CGEM a également demandé aux différentes autorités de lui expliquer les modalités de contrôle technique de ce document, notamment via les QR code. Enfin, elle voudrait savoir si les pass vaccinaux étrangers sont tout aussi valables dans les entreprises.

Ces zones d’ombre soulevées suscitent actuellement plusieurs interrogations, aussi bien chez les chefs d’entreprises que chez les salariés, particulièrement ceux qui ne souhaitent en aucun cas se faire vacciner. Des éclairages s’avèrent donc nécessaires. Cette demande de la CGEM intervient dans ce contexte marqué par une vive polémique sur l’imposition de ce pass vaccinal, perçue par de nombreuses personnes comme une mesure hâtive qui limite les libertés individuelles.

De grandes organisations, comme l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et l’Ordre national des avocats, l’ont vigoureusement dénoncée et exigent son annulation. Une pétition en ligne intitulée «Non au pass vaccinal au Maroc sans débat national», lancée par un collectif citoyen le 19 octobre 2021, a déjà recueilli plus de 34.000 signatures à la date du lundi 25 octobre.