Antonio Guterres alerte sur l'aggravation du phénomène de l'immigration

« Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières adopté à Marrakech en 2018 s’inscrit au cœur de la mission des Nations Unies », a affirmé, jeudi 19 mai 2022 à New York, le Secrétaire général de l’organisation internationale, Antonio Guterres.

« Il s’agit d’une réponse mondiale à un phénomène mondial auquel nous devons être beaucoup mieux préparés », a-t-il indiqué lors d’une réunion dans le cadre du 1er Forum d’examen de la mise en œuvre du Pacte de Marrakech qui se tient du 17 au 20 mai courant à l’initiative de l’Assemblée générale de l’ONU.
Le chef de l’ONU a rappelé le lancement du réseau des Nations Unies sur les migrations afin de mobiliser toute l’étendue des capacités et compétences pour aider les États membres à faire progresser la mise en œuvre intégrale du Pacte.

«Depuis, le réseau a mis en place un mécanisme de renforcement des capacités, y compris un pôle sur les migrations et un fonds d’affectation spéciale multi-partenaires, le premier du genre axé sur la migration», a-t-il indiqué. Il a, par ailleurs, souligné la nécessité d’élargir et de diversifier les voies de migration fondées sur les droits pour faire progresser les Objectifs de développement durable (ODD) et remédier aux pénuries de main-d'œuvre.

Le 1er Forum d’examen de migrations internationales, qui réunit les États membres, des observateurs, des représentants du système onusien en plus des groupes des parties prenantes, connait la participation de la présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Amina Bouayach en sa qualité de présidente du groupe de travail du réseau des institutions nationales africaines des droits de l'Homme sur la migration et vice-président de l'Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'homme.

Cet événement vise à examiner les progrès accomplis aux niveaux local, national, régional et mondial dans l’implémentation du pacte de Marrakech et à aborder de nouvelles actions concrètes pour mieux protéger et soutenir plus de 281 millions de migrants dans le monde grâce à des changements de politiques et de pratiques.