L’année du Prince Héritier: La vie devant soi


Ayant célébré, le 8 mai 2023, ses vingt ans, Moulay Hassan continue d’être suivi de près par les Marocains, désireux d’en savoir plus sur celui qui est appelé un jour à devenir le chef de l’État.

“Lui c’est lui, moi c’est moi.” Ainsi avait coutume de répondre le roi Hassan II lorsqu’on lui posait la question sur son futur successeur, à savoir l’actuel roi Mohammed VI. Allant de soi et s’appliquant tout compte fait à tout le monde, cette formule était sans doute censée avant tout rappeler qu’en dépit des éléments de continuité qui font l’essence du régime monarchique, la rupture au niveau de la personnalité et du mode d’exécution du pouvoir n’est en même temps jamais loin, si ce n’est systématique.

Et c’est donc dans l’ordre des choses que depuis 20 ans exactement, âge qu’il vient de souffler le 8 mai 2023, le prince héritier Moulay Hassan laisse les Marocains spéculer et s’essayer aux pronostics quant au chef d’État qu’il est un jour appelé à devenir en tant que Hassan III, vingt-quatrième monarque de la dynastie alaouite. Mais tout en sachant que rien ne permet vraiment de trancher. Rares sont ainsi les choses que l’on connaît de lui.


Les bonnes manières
Suivi de près dans son éducation par Mohammed VI ainsi que par sa mère, la princesse Lalla Salma, ceux qui ont eu l’occasion de frayer avec lui, notamment à l’Université Mohammed-VI polytechnique où il avait été admis en 2020 après son baccalauréat international en sciences économiques et sociales, le décrivent comme un jeune homme respectueux et soucieux des bonnes manières envers tous ceux qui l’entourent, indépendamment de leur extraction sociale et de leur rang. En contrepartie, on le sait aussi très tatillon sur le protocole, chose qui saute régulièrement aux yeux lors de ses apparitions publiques, même s’il n’hésite en même temps pas à lâcher du lest lorsque le contexte s’y prête -comme l’avait illustré le rire spontané qu’il avait échangé avec le footballeur international Azzedine Ounahi lors de la réception accordée le 15 décembre 2023 au palais royal de Rabat à la sélection nationale demi-finaliste de la Coupe du monde, et qu’avaient immortalisé les caméras de télévision.

En outre, Moulay Hassan reste sur bien des aspects un enfant typique de son temps, comme peuvent l’être beaucoup de ses contemporains. Au plan de la musique par exemple, on lui prête le goût des musiques urbaines, avec des présences avérées à des concerts de stars marocaines du genre à l’instar du rappeur El Grande Toto le 23 septembre 2022 à la scène OLM Souissi à Rabat, et il jouerait lui-même, selon certaines informations, de la batterie en amateur lorsque son agenda, comme on peut le deviner fort chargé, lui permet.

Un secret de polichinelle
Pratiquant, enfin, comme tout membre de la famille royale qui se respecte, les sports équestres -il avait présidé, le 18 septembre 2022 au Polo Club Souissi de la Garde royale à Rabat, la finale de la première édition de la Coupe du Trône de polo-, il est aussi un amateur connu de football, dont il regarderait de très près les plus grandes compétitions (c’est, soit dit en passant, un secret de polichinelle qu’il se serait cassé la jambe à l’âge de sept ans lors d’un match avec ses camarades de classe du collège royal). Ayant donc une multitude de centres d’intérêts, Moulay Hassan ne diffère, à ce propos, pas tellement de Mohammed VI, dont on sait qu’il est lui aussi un touche-à-tout.

Et c’est donc davantage sur l’acception qu’il se fait de son pays qu’il faudrait peut-être le plus imaginer un jour emprunter la voie du changement. Ce qui est évident, c’est que Mohammed VI fait, à ce niveau, tout ce qui est en son pouvoir pour qu’il puisse approfondir sa compréhension des choses et être un jour en mesure de prendre les décisions qu’il faut. De même, il fait en sorte qu’il mette davantage la main à la pâte. A cet égard, sa présidence, le 22 juin 2023 au Collège royal de l’enseignement militaire supérieur (CREMS) de Kénitra, de la cérémonie de sortie de la vingt-troisième promotion du cours supérieur de défense et de la cinquante-septième promotion du cours d’état-major avait été fort remarquée. Quelques semaines plus tôt -le 15 mai 2023-, il avait également présidé, par ordre de Mohammed VI, un déjeuner offert au Cercle mess officiers de Rabat à l’occasion du soixante-septième anniversaire de la création des Forces armées royales (FAR). De quoi donc prendre du galon et, au final, devenir à chaque fois un peu plus lui-même...

Articles similaires