L'ANAPEC dresse son plan d'action 2022: En phase avec le nouveau modèle de développement

Tout faire pour accompagner la croissance économique par la satisfaction des besoins en compétences.

L’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences (ANAPEC) a tenu la réunion de son Conseil d’Administration au titre de la 2e session de l’année 2021, le 29 décembre 2021 au siège du Ministère à Rabat.

S’exprimant lors de cette réunion en tant que président de l’ANAPEC, Younes Sekkouri, ministre de l’Inclusion Economique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences (MIEPEEC) n’a pas manqué de souligner la nécessité d’incorporer dans la prochaine version du plan de développement des programmes novateurs en phase avec les recommandations du Nouveau Modèle de Développement (NMD) à travers notamment, non seulement une offre de service volontariste pour une meilleure équité territoriale en réponse aux doléances des territoires constatées lors de la tournée organisée par le MIEPEEC dans les 12 régions du Royaume clôturée cette semaine, mais aussi une refonte des programmes existants pour prendre en compte les nouvelles réalités économiques relatives à chaque secteur d’activité.

Cette approche sectorielle doit pouvoir interagir avec les besoins en croissance et les défis en matière de préservation d’emplois dans les différents secteurs. Sans oublier la capitalisation sur l’expérience éprouvée de l’ANAPEC en matière d’appui à l’entreprenariat pour accompagner les chantiers du gouvernement en la matière.

Des objectifs chiffrés
Au terme de ce Conseil d’Administration, le Plan d’Action 2022 a été approuvé et prévoit un accompagnement de la croissance économique par la satisfaction des besoins en compétences des secteurs, des entreprises et des investisseurs à travers les mesures de promotion de l’emploi et les prestations fournies aux employeurs, aux chercheurs d’emploi et aux porteurs de projets.

C’est dans ce but que l’ANAPEC envisage de réaliser en 2022 les objectifs chiffrés allant du fait d’assurer l’insertion économique de plus de 120.000 chercheurs d’emploi à celui de positionner plus de 100.000 chercheurs d’emploi par rapport à un emploi métier, en passant par améliorer l’employabilité de plus de 35.000 jeunes chercheurs d’emploi, l’accompagnement de 6.500 porteurs de projets d’entreprenariat et la contribution à la création de 2.600 TPE/ AGR, sans oublier de faire bénéficier 150.000 chercheurs d’emploi des prestations de conseil et de recherche d’emploi.