AMZAZI EN POMPIER

LES PARENTS DES ÉLÈVES SCOLARISÉS DANS LE PRIVÉ REÇUS PAR LE MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

Pour trouver une solution pour permettre aux parents des enfants scolarisés dans le privé de payer moins que prévu, l’Etat pourrait finalement puiser dans le Fonds spécial de gestion du Covid-19.

Les écoles privées vont-elles bénéficier du Fonds spécial de gestion de la pandémie de Covid-19? Balayée du revers de la main par le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, au cours de son passage du 8 mai sur la chaîne de télévision Al Aoula -une “fake news”, avait-il assuré-, cette option pourrait finalement être activée sur demande du ministre de l’Education nationale, Saïd Amzazi. Ce dernier y voit, ainsi, la solution la meilleure pour que ces écoles renoncent à toucher au moins une partie des émoluments qui leur sont dus au titre des derniers mois de l’année scolaire qui n’ont pas connu de cours en présentiel du fait de la pandémie de Covid-19. Et c’est lui-même qui en a fait la révélation au cours de la réunion qu’il a eue, ce 1er juin 2020, au siège de son département avec les représentants des parents d’élèves.

“L’objectif est que les parents paient 50% moins pour les mois concernés, à savoir mars, avril, mai et juin, ou 30% moins en étant totalement exonérés du mois de juin,” nous confie Ali Fannach, vice-président et porte-parole de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves du Maroc (FNAPEM), qui a participé à ladite réunion avec M. Amzazi. “Mais nous comprenons parfaitement la position des écoles privées, qui ont des charges et un personnel à payer. Ce que nous cherchons avant tout, c’est une solution consensuelle qui satisfasse tout le monde”. Pour autant, si la voie préconisée par M. Amzazi peut, d’un point de vue financier, faire sens, c’est assurément moins le cas au niveau symbolique, étant donné que les écoles privées s’étaient, aux premiers jours de la pandémie au Maroc, attiré les foudres de l’opinion publique suite à la demande qu’elles avaient formulée, le 18 mars, de pouvoir accéder à la cassette recueillie dans le Fonds spécial. Légitime peut-être, mais sans doute déplacé alors que le contexte se prêtait davantage, à ce moment, aux dons qu’aux sollicitations à l’avenant.

Fin de non-recevoir
D’ailleurs, le 21 mars, les écoles privées prendront finalement sur elles d’apporter 2 millions de dirhams -somme qui doublera par la suite- au Fonds spécial, mais le mal était fait. Ainsi, quelques jours avant de se réunir avec les parents d’élèves, M. Amzazi prenait lui-même la décision de les exclure définitivement du programme d’arrêt de travail temporaire mis en place par le gouvernement le 16 mars. Et il l’avait personnellement réitéré le 29 mai à l’Alliance de l’enseignement privé au Maroc, qu’il avait également reçue dans son bureau. En fait, l’intention de M. Amzazi est de seulement faire inclure, en intervenant auprès de M. El Othmani, le personnel des écoles privées qui n’a pas la possibilité de télétravailler, à savoir notamment les éducateurs, les chauffeurs et les cuisiniers.

Pour les autres postes, à commencer par celui d’enseignant, la même fin de non-recevoir devrait, en principe, continuer d’être opposée par le gouvernement. Pendant son échange avec Maroc Hebdo, M. Fannach a, toutefois, tenu à souligner que de nombreuses écoles privées avaient d’ellesmêmes baissé leurs tarifs sans que cela leur ait été demandé, “et par conséquent il ne faudrait pas mettre tout le monde dans le même bain”. Les écoles qui continuent de réclamer leur dû devraient, elles, bientôt se mettre à la table des négociations avec les parents sous la supervision des académies régionales, à qui M. Amzazi avait confié, le 28 mai, la charge de se poser en médiatrices, également au cours d’une réunion au ministère de l’Education nationale.


1 commentaire

  • Bouallala Mbarek

    5 Juin 2020

    Les écoles publiques forment de bien meilleurs cadres dans tous les domaines. L'occasion n'est elle pas bonne pour les parents d'élèves pour rediriger leurs enfants vers le public.?? Les messieurs du privé ne pensent qu'à se faire remplir les poches quitte à puiser dans les ressources des démunis.

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger