L'AMMC se penche sur la lutte contre le blanchiment des capitaux

Conférence de sensibilisation

L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a organisé, en présentiel et par visioconférence, une conférence destinée aux dirigeants des sociétés de bourse, des sociétés de gestion et des teneurs de comptes, sur les dernières avancées en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LBC-FT).

Cette conférence s’inscrit dans la continuité des actions de sensibilisation menées par l’AMMC, depuis 2018, en vue de renforcer les dispositifs de vigilance et de veille interne des intervenants. Elle a été organisée en collaboration avec l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) et l’Autorité des marchés financiers-France (AMF).

Dans son allocution d’ouverture, Nezha Hayat, présidente de l’Autorité marocaine du marché des capitaux, a rappelé le contexte et les enjeux du processus d’évaluation et de suivi renforcé du Maroc par le Groupe d’action financière (GAFI) et le Groupe d’action financière du Moyen- Orient et de l’Afrique du Nord (GAFIMOAN). Elle a aussi mis en exergue les dernières évolutions du cadre légal et réglementaire, les efforts déployés par l’AMMC et les autres acteurs nationaux pour la réussite de cette phase.

«Les actions menées par le secteur du marché de capitaux doivent permettre de répondre pleinement aux exigences des instances internationales pour préserver l’intégrité des marchés et renforcer la confiance», a déclaré Mme Hayat. Jawhar Nfissi, président de l’Autorité nationale du renseignement financier, a, quant à lui, rappelé l’importance de l’étape actuelle en mettant la lumière sur les exigences du processus de suivi renforcé.

Par la même occasion, il a insisté sur l’importance de l’implication des professionnels du secteur du marché des capitaux, notamment à travers la mise en oeuvre du dispositif interne de vigilance et les déclarations de soupçon qui constituent un indicateur clé de l’efficacité du dispositif de LBC-FT.

Cet évènement a été également l’occasion de revenir sur des thématiques liées aux indicateurs de soupçons, à la relation entre vacciles assujettis de l’AMMC et l’ANRF -notamment les déclarations de soupçon- et à l’évaluation des dispositifs de maîtrise des risques des intervenants. L’Autorité des marchés financiers-France a, pour sa part, apporté un retour d’expérience sur sa mission en matière de supervision des dispositifs LBC-FT.