Amir Ohana réaffirme la Marocanité du Sahara


C’est en Darija, avec l’accent typique des juifs marocains, que le président de la Knesset israélienne, Amir Ohana, a réaffirmé son soutien à la marocanité du Sahara.

“Le Sahara est marocain. C’est un grand jour. Tbareklah ala SM le Roi Mohammed VI”. Ces paroles ont marqué le début d’une visite officielle historique qui, depuis le 6 juin 2023, fait du président de la Knesset le premier à fouler le sol d’un pays arabe et musulman, grâce à l’invitation du président de la chambre des représentants, Rachid Talbi Alami. Cette affirmation sans équivoque de la marocanité du Sahara signale la position d’Israël alignée sur celle de son plus proche allié, les États-Unis d’Amérique.

« Ce n’est pas seulement moi qui le dit, je crois que l’Histoire le dit aussi », a ajouté Ohana, confiant que le Premier ministre Benjamin Netanyahou serait probablement le prochain à énoncer cette reconnaissance. Tout au long de son séjour, Ohana a tenu à souligner le leadership remarquable du Roi Mohammed VI, dont les efforts pour préserver l’héritage hébreu au Maroc et l’engagement inébranlable pour la paix n’ont pas manqué d’écho en Israël. Ces louanges appuyées viennent dans le sillage de l’héritage laissé par le grand-père et le père du Roi, feu Mohammed V et feu Hassan II, précise-t-il.

Accueil cordial
Le voyage d’Ohana ne se limita pas à des entretiens politiques. Ainsi, avant de lancer officiellement sa visite, Amir Ohana, avait choisi de s’imprégner du patrimoine spirituel du Maroc en se rendant à la synagogue de Rabat. « J’ai choisi d’ouvrir la visite au Maroc en revêtant les tephillin et en priant dans la synagogue de Rabat où mon père bien-aimé, Meir Ohana, avait l’habitude de prier », a-t-il partagé sur Twitter.

Le rôle du Roi Mohammed VI dans la préservation de ce lieu sacré ne fut pas omis dans les propos de Ohana. Il a souligné que cette « synagogue a été miraculeusement préservée grâce au roi du Maroc, Mohammed VI, qui accorde une grande importance au développement et à la préservation de la vie juive dans le royaume ». Ces mots, rapportés par le média israélien Inn.co.il, attestent de la reconnaissance d’Israël envers l’engagement royal en faveur de la diversité religieuse. Au Maroc, Ohana se sent chez lui. « La chaleur, la langue, l’accueil cordial, tout me rappelle les synagogues que nous avions à Beer Sheva », a-t-il déclaré.

D’ailleurs, au-delà des rencontres avec de nombreux responsables marocains, dont le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, il a aussi eu l’occasion de tendre un pont entre l’innovation technologique israélienne et la spiritualité musulmane en offrant à Rachid Talbi Alami un «nano-Coran», la plus petite version du Coran au monde, fabriquée grâce à la nanotechnologie israélienne.

Bien que né à Beer-Sheva, Amir Ohana est profondément enraciné au Maroc, pays de naissance de sa mère à Ouazzane et de son père à Marrakech. Ces origines marocaines, loin d’être un simple détail, sont au coeur de sa compréhension et de son appréciation du Royaume. La visite d’Amir Ohana a donc marqué une nouvelle page dans les relations entre le Maroc et Israël. Elle illustre la volonté des deux pays de promouvoir la paix, la coopération et le dialogue mutuel, tout en consolidant leur amitié. Une étape cruciale dans l’histoire des relations entre ces deux nations, qui promet de nouvelles et passionnantes opportunités de collaboration.

Articles similaires