Karim Amellal : «Les relations entre la France et le Maroc sont tournées vers l’avant»

L’ambassadeur et délégué interministériel de la France pour la Méditerranée, à Maroc Hebdo

Alors que les relations entre le Royaume et la France sont marquées par un certain froid, Karim Amellal, l’ambassadeur et délégué interministériel de la France pour la Méditerranée, est en visite au Maroc pour rencontrer des officiels, acteurs associatifs, artistes et entrepreneurs.  

«Le Maroc est un pays qui a une vision claire. Il se distingue à l’échelle régionale et africaine par sa stabilité, son développement économique et industriel», a annoncé M. Amellal à Maroc Hebdo, tout en précisant que «le Royaume est un partenaire important, non seulement pour la France, mais pour toute l’Union européenne». Ainsi, M. Amellal est au Royaume afin contribuer à «donner un nouveau souffle à la relation entre les deux pays, notamment au vu de la visite programmée prochainement du président français Emmanuel Macron au Maroc», confie-t-il.

Le but est de chercher, avec les différents acteurs, les pistes pour améliorer la coopération économique et culturelle des deux pays et chercher des moyens pour répondre aux défis communs. Le diplomate cite l’économie, la formation, l’emploi, l’entreprenariat… avant d’esquiver notre question sur les visas. Problème qui pourrait bloquer toute coopération vu que la France ferme ses portes à plus des 70% des demandeurs de visas marocains.

Sur la question du Sahara marocain, Karim Amellal estime que la France considère «l’initiative comme une base discussions sérieuse et crédible», «une position constante qui avait précédé celle de l’Espagne ou de l’Allemagne depuis bien longtemps». Toutefois, cette position reste timide et Paris devra donc reconnaître la souveraineté du Maroc sur son Sahara, comme l’ont fait les États-Unis en décembre 2020, ou du moins soutenir la prééminence de l’initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie, à l’instar de l’Espagne depuis le 14 mars 2022.

Comparant les relations de la France avec le Maroc, d’une part, et avec l’Algérie, d’autre part, M. Amellal nous a déclaré que «les relations avec le Maroc sont tournées vers l’avant, c’est d’ailleurs la raison de ma visite, celles avec l’Algérie n’arrivent pas à surmonter le passé».

H. C