Algérie: L’armée en déroute dans les territoires touaregs

Dans la plus grande discrétion, la junte algérienne vient d’ordonner le déploiement d’un bataillon mécanisé de la quatrième région militaire, qui comprend des territoires historiques peuplées par le peuple touareg. Et pour cause : « plusieurs militaires algériens ont été tués ou blessés dans cette zone, selon un bilan provisoire de sources locales à Timiaouine et à Bordj Badji Mokhtar », rapporte la lettre d’information spécialisée Sahel Intelligence. Actif depuis la fin de l’été 2021, le Mouvement pour la libération de Tamanrasset et Adrar mène en effet, à en croire la même source, une série d’opérations contre certaines positions de l’armée au long de la frontière avec le Mali. Son objectif déclaré est de mettre fin à l’occupation algérienne, que la France avait entériné à son départ en juillet 1962, comme ce fut le cas pour le Sahara oriental historiquement marocain ou encore la Kabylie, où un mouvement indépendantiste d’envergure s’active également sous les auspices du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). Il faut dire aussi qu’Alger n’a fait qu’exploiter la région, sans que ses richesses ne puissent le moins du monde bénéficier à sa population qui vit dans le dénuement le plus inacceptable.

De leur côté, différentes chancelleries avertissent depuis de nombreuses années de la situation explosive que connaît le Sud actuel de l’Algérie, qui fait que de nombreux jeunes finissent par alimenter des organisations jihadistes souvent elles-mêmes réputées proche de la sécurité militaire algérienne. Séquestrées depuis novembre 1975 à Tindouf par le mouvement séparatiste du Front Polisario, les populations marocaines originaires de la région du Sahara sont également concernées.

Articles similaires