Hirak en algérie: Les arrestations des activistes se succèdent et les manifestations reprennent

Les procès des activistes Merzoug Touati, Yanis Adjila et Amar Beri ont été reportés au 1er juillet et la liberté provisoire a été rejetée. Une décision qui a mis l’huile au feu, et les manifestations pour soutenir les détenus ont viré à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Les deux manifestations de soutien qui ont rassemblé des centaines de sympathisants ont eu lieu à Béjaïa (nordest), grande ville de Kabylie, l’une devant le tribunal et l’autre dans le centre-ville, ce vendredi 19 juin.

Les trois accusés ont été arrêtés une semaine auparavant lors d’une tentative de meeting de soutien aux détenus d’opinion. Rapidement réprimée par la police. Ils ont été placés sous mandat de dépôt. Ils sont poursuivis pour «incitation à attroupement non armé», «publication pouvant porter atteinte à l’intérêt national» et «mise en danger de la vie d’autrui durant la période du confinement». 200 arrestations ont eu lieu depuis début mars à l’encontre de figures du mouvement, des militants politiques ou encore des inconnus.

Les procès se multiplient également. Le rythme s’accélère même depuis quelques jours. Ce jeudi 18 juin, par exemple, plus de 20 opposants ont été appelés à comparaître devant les tribunaux. Une soixante seraient déjà en prison en ce moment.

Algérie. Les arrestations et procès se multiplient contre les militants du Hiak

Le régime algérien serre la vis pour faire disparaître le mouvement du Hirak. Des manifestations débutées dans le calme à Béjaïa, virent à l

Lire la suite

Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger