État d'alerte sanitaire à Casablanca, Marrakech et Tanger

La situation du COVID-19 dans le royaume

Casablanca-Settat vient toujours en tête des régions les plus touchées avec plus de 1.400 cas, suivie de Marrakech-Safi; avec plus de 1.100 cas.

Le Covid-19 poursuit sa forte progression dans notre pays. Selon un nouveau bilan publié jeudi 7 mai à 10h par le ministère de la santé, le Maroc enregistre 97 nouveaux cas confirmés. Ce qui porte le nombre total de cas confirmés à 5.505. La région de Casablanca-Settat vient toujours en tête des régions les plus touchées avec plus de 1.400 cas, suivie de la région de Marrakech avec plus de 1.100 cas. En troisième lieu, on trouve la région de Tanger-Tétouan avec plus de 770 cas. Quant à la région Fès-Meknès, elle vient à la quatrième place avec plus de 685 cas, suivie des régions Drâa-Tafilalet avec plus de 550 cas et la région Rabat-Kénitra avec plus de 540 cas.

Cette région, qui était moins exposée par rapport aux autres, a vu sa situation basculer, le mardi 5 mai 2020, avec l’apparition d’un «cluster» au sein de la Garde royale avec l’enregistrement de plus de 130 cas. Un foyer appelé à se développer dans les tout prochains jours avec probablement de nouveaux cas enregistrés.

D’autres foyers ont fait leur apparition dans d’autres régions du Maroc. Notamment à Tanger, où un cluster s’est déclaré dans une prison. 2 détenus et huit fonctionnaires d’un établissement pénitentiaire ont été déclarés positifs au Covid-19. 17 autres personnes, qui étaient en contact avec les contaminés, ont contracté, elles aussi, le virus. Ainsi, les prisons marocaines sont devenues de véritables poudrières de propagation de virus dans notre pays. Depuis l’éclatement de l’épidémie, 330 cas sont recensés dans les prisons avec le plus grand nombre (soit 304 cas) enregistré dans la seule prison de Ouarzazate. Avec plus de 770 cas enregistrés, Tanger-Tétouan semble atteindre un niveau insupportable.

Des prisons poudrières
La capacité hospitalière de cette région n’étant plus en mesure d’accueillir des cas supplémentaires. L’alerte a été donnée par plusieurs médecins et dirigeants de centres hospitaliers qui en appellent à l’Etat pour construire des hôpitaux de campagne pour renforcer la capacité hospitalière de la région. Les ressources humaines sont également en manque flagrant.

A Casablanca, avec plus de 1.400 cas, la situation semble également frôler la saturation. Avec deux hôpitaux publics, CHU Ibnou Rochd et l’hôpital Moulay Youssef, et quelques cliniques privées qui ont mis leurs structures médicales au service du ministère de la santé, Casablanca risque de connaître officiellement une saturation au niveau de sa capacité hospitalière si les cas du Covid-19 se multiplient dans la région.

Les Casablancais se demandent ainsi pourquoi l’hôpital de campagne de plus de 700 lits, construit en quelques jours, au sein de la foire internationale de Casablanca, n’est pas encore ouvert aux malades.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger