ALERTE À LA PÉNURIE DES MÉDICAMENTS

CRISE SANITAIRE

Les Médicaments contenant le zinc, la vitamine C et aussi Lovenox, un anticoagulant, et d’autres traitements sont absents des officines marocaines. Prescrits aux patients du Covid-19, dans le cadre d’un protocole thérapeutique officiel, la rupture de ces traitements risque de provoquer une situation sanitaire catastrophique dans le pays.

En cette période sanitaire difficile et troublante, l’accès au protocole thérapeutique par les malades atteints de Covid- 19 devrait être garanti par l’Etat. Or, certains médicaments prescrits dans le cadre de ce protocole ne sont pas disponibles dans les pharmacies. Il s’agit notamment de la vitamine C et des médicaments contenant le zinc.

Pour le président de la Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc, Mohamed Lahbabi, «les ruptures de stock concernant ces deux médicaments sont certes occasionnelles. Mais puisqu’ils sont fabriqués au Maroc, les laboratoires pharmaceutiques assument l’entière responsabilité de cette situation». Le ministère de la santé assume également une grande part de responsabilité. «Nous avons adressé plusieurs correspondances au ministre de la santé pour attirer son attention sur la pénurie (...), mais aucune réaction de sa part», M. Lahbabi.

Un manque chronique
Un autre traitement, le Lovenox, un anticoagulant indispensable pour les patients du Covid-19, est aussi en rupture totale de stock. La coagulation du sang est un symptôme grave et sévère qui se manifeste chez beaucoup de patients et qui pourrait provoquer la mort. Selon Mohamed Lahbabi, le Lovenox est normalement donné dans les hôpitaux, mais il est également proposé à la vente dans les pharmacies. Depuis quelques semaines, il est totalement absent des officines. Les pharmaciens font porter toute la responsabilité de l’absence de ce traitement au ministre de la santé, Khalid Aït Taleb, qui ne réagit pas à de telles situations de manque.

Selon des professionnels de la santé, sur 7.000 médicaments vendus au Maroc, 350 sont indisponibles. En plus des traitements des maladies chroniques et du cancer, ceux des maladies mentales et même de la grippe viennent désormais allonger la liste des médicaments introuvables dans les pharmacies. C’est une nouvelle alerte que viennent de lancer les pharmaciens et les praticiens. L’absence de certains médicaments, dont la liste ne cesse de s’allonger, représente désormais un gros risque pour la santé des Marocains. Les professionnels n’hésitent pas à dénoncer ce qu’ils appellent des accointances entre les responsables publics et les laboratoires pharmaceutiques.

Alors que le Covid-19 ne cesse de s’aggraver dans plusieurs villes comme à Casablanca, le ministre de la santé, Khalid Aït Taleb, ne semble pas prendre au sérieux l’indisponibilité de certains médicaments pourtant importants dans le traitement du virus. Une catastrophe sanitaire est à craindre.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger