Albares: Le Maroc, "priorité numéro 1" de Madrid


Pour José Manuel Albares, le Maroc est “la priorité numéro 1 de la politique extérieure” de l’Espagne. “Refuser d'avoir de bonnes relations avec le Maroc est quelque chose de très préjudiciable pour les Espagnols,” a insisté le ministre des Affaires étrangères de la voisine du nord, qui s’exprimait ce lundi 13 février 2023 à un forum organisé à Madrid par le cabinet de consulting Llorente y Cuenca. 


L’agence de presse espagnole EFE, qui a relayé les propos de M. Albares, n’a pas expliqué pour quelle raison exacte celui-ci s’est exprimé au sujet des relations de l’Espagne avec le Maroc, mais nul doute qu’il s’agissait d’une réponse aux critiques provenant notamment de la droite espagnole à l’égard du gouvernement Pedro Sanchez, carrément accusé d’avoir courbé l’échine vis-à-vis du Royaume en acceptant de commencer à considérer, depuis mars 2022, l’initiative pour la négociation d’un statut d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend avec l’Algérie autour de la région du Sahara. Prenant la parole, le 3 février 2023, lors d’un forum organisé dans la ville de Tomares, en Andalousie, l’ancien président du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, connu pour ses vues anti-marocaines qui avaient failli déclencher une guerre autour de l’îlot Leïla en juillet 2002, avait notamment déclaré qu’à son avis l’Espagne avait été “humiliée” par le Maroc. 

En tout cas, M. Albares a fait part de sa conviction quant à la politique menée par le gouvernement Sanchez à l’égard de la partie marocaine. Il a indiqué que le sort des présides occupés de Sebta et Mélilia, mais aussi de l’archipel des Canaries, situé au large du Maroc mais sous contrôle de l’Espagne depuis la fin du XVe siècle, ainsi que l’Andalousie, dépendait étroitement de l’état du relationnel qu’entretient l’Exécutif espagnol avec Rabat. Dans ce sens, le chef de la diplomatie espagnole s’est félicité du déroulement de la dernière réunion bilatérale de haut niveau, tenue le 2 février 2023 sur le sol marocain en présence de plusieurs hauts responsables ibères dont M. Sanchez lui-même et au cours de laquelle pas moins de vingt accords ont été signés.

Articles similaires