Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP

L’USFP, comme l’Istiqlal, renferme dans ses rangs des compétences technocratiques d’une grande envergure. C’est le cas, notamment, d’Ahmed Reda Chami, qui cultive et véhicule un visage moderne, sérieux et compétent de ce parti historique qui, il faut bien le reconnaître, a beaucoup perdu de sa popularité, pendant ces dernières années.

Voix critique contre l’actuel premier secrétaire du parti, Driss Lachgar, l’ex-ministre de l’industrie et du commerce entre 2007 et 2012, dans le gouvernement de Abbas El Fassi, ne mâche pas ses mots quand il s’agit de parler de la place que devrait normalement réoccuper l’USFP dans la scène politique nationale. «L’USFP est un grand parti qui a marqué l’histoire politique nationale, mais la place qu’il occupe actuellement ne reflète pas ce passé glorieux», estimet- il.

Partisan d’une gouvernance plus ouverte sur les jeunes et d’une approche de proximité plus prononcée avec les citoyens, l’actuel président du Conseil économique, social et environnemental ne cesse jamais d’appeler à une refonte des structures de l’USFP pour l’adapter aux nouvelles attentes de l’électorat marocain. Socialiste dans l’âme, avec une démarche moderne penchée vers un socialisme pragmatique qui encourage l’initiative privée et le capital productif, cet homme politique, humble, à la réputation intacte, incarne les valeurs humaines d’un responsable politique modèle, à savoir l’intégrité, l’humilité et le sens de l’intérêt général.

Bien que sa famille soit originaire de Fès, Ahmed Reda Chami est né à Casablanca en 1961. Son père, Mohamed Chami, était un célèbre chirurgien à Fès. C’est grâce à lui que le jeune Ahmed Reda s’est vu ouvrir les portes du parti de la Rose. Et c’est aussi son père qui a veillé à ce qu’il suive de hautes études loin du monde politique, en l’envoyant après le bac étudier en France, plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris, d’où il ressort ingénieur à 24 ans à peine.

Une fois ses études terminées, Ahmed Reda Chami rentre au pays où il occupe, entre 1989 et 1991, le poste de directeur général de Centrale Laitière en Afrique du Nord, avant de créer deux entreprises spécialisées dans le domaine informatique. Il a, par la suite, connu une grande carrière de plus de 11 ans chez Microsoft, où il a enchaîné, jusqu’en 2004, plusieurs postes de responsabilité.

Après une vie professionnelle dans l’entreprise, riche et pour le moins réussie, Ahmed Reda Chami entame réellement sa nouvelle vie politique en 2007, lorsqu’il participe à l’élaboration du programme électoral de l’USFP. Une fois que ce dernier est entré dans la coalition gouvernementale constituée après les élections d’octobre 2007, le parti lui a alors proposé de devenir un de ses ministres dans le gouvernement Abbas El Fassi.

Dans le commerce et l’industrie, il marquera à jamais ce département ultrasensible de l’économie marocaine. Mais il n’a pas encore dit son dernier au sein du parti, où il est appelé dans le futur à jouer les premiers rôles.