Ahmed Rahhou anime une conférence sur le rôle du conseil de la concurrence

Grâce à la concurrence, les sociétés prospèrent


Ahmed Rahhou.


La Fondation universitaire Links a organisé un débat autour de l’importance des instances de régulation pour une économie efficiente et le bien-être du consommateur.

Fidèle à sa vocation de creuset d’échange et de débat autour des questions économiques, culturelles et sociétales, la Fondation universitaire « Links », que dirige le professeur Mohamed Berrada, aidé par une fine équipe de collaborateurs, vient d’organiser le 19 mai 2023, au siège de la Faculté de Droit de Casablanca, une conférence-débat animée avec talent par Ahmed Rahhou , sur le thème « Le rôle du Conseil de la concurrence pour une économie efficiente et le bienêtre du consommateur». Conférence modérée avec brio par Tarik Rochane, enseignant chercheur université Hassan II-FSJES Casa et Maitre Nesrine Roudane, avocate au barreau de Casablanca- arbitre et médiatrice commerciale.

Plus que jamais, la concurrence est au coeur de la dynamique socio-économique, nous dit Abdellatif Komat, doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Casablanca. Inaugurant la conférence, le doyen M. Komat n’a pas manqué de mettre en exergue les multiples qualités et compétences de ce natif de Meknès, cet « homme d’exception », qu’est Ahmed Rahhou. Dès sa nomination, le 22 mars 2021, par SM le Roi à la tête du Conseil de la concurrence, il s’est investi, corps et âme, dans ce difficile équilibre du jeu des règles de la concurrence. Avantagé en cela par sa riche expérience en tant qu’opérateur économique aussi bien dans l’industrie que la banque, sans oublier qu’il a été membre du CESE et fait partie du cercle des diplomates.


Respect des règles du jeu
Depuis cette investiture, l’homme d’expérience qu’est Ahmed Rahhou, s’est particulièrement attaché -notamment à travers les dossiers qu’il a eu à traiter- à renforcer l’impartialité et les capacités de cette institution constitutionnelle et conforter sa vocation d’instance indépendante qui n’a de comptes à rendre « ni au gouvernement ni au parlement », comme il l’a si bien souligné au cours de cette conférence.

Veillant, ainsi, au libre jeu de la concurrence, tout en garantissant au consommateur final d’avoir la meilleure offre au meilleur prix, comme en témoignent les différents avis du Conseil sur des sujets qui impliquent le pouvoir d’achat des citoyens, notamment en ces temps d’inflation galopante des prix. Joignant l’acte à la parole, les avis du Conseil sont toujours argumentés. Contre les abus de position dominante et contre les situations de rente, le Conseil n’est pas là pour sanctionner, mais pour construire une économie ouverte.

« Former, informer et ensuite sanctionner » est plus que jamais le triptyque de M. Rahhou. Contre la fixation administrative des prix et contre les subventions des produits, le Conseil de la concurrence, nous dit M. Rahhou, veille à ce que « les règles du jeu soient respectées par tous ». Le tout au profit de l’efficience de l’économie et du bien-être du consommateur.

Articles similaires