L'agriculture nationale à l'épreuve d'une double crise

Bilan du plan Maroc vert

Si pour certains, le secteur agricole se présente comme amortisseur des chocs en temps de crise, pour d’autres il est le maillon faible d’une chaîne fortement perturbée par la sécheresse et la pandémie du Covid-19. Une double crise qui va avoir des conséquences dramatiques sur les équilibres économiques du pays.

Depuis son lancement en avril 2008, le Plan Maroc Vert a suscité un énorme espoir non seulement chez les agriculteurs mais pour tout le Maroc. L’espoir de voir notre agriculture se développer et se moderniser pour pouvoir réaliser une autosuffisance alimentaire. Or, arrivé à échéance en 2020, le Plan Maroc Vert n’aura pas accompli tous les objectifs pour lesquels il a vu le jour. D’où l’élaboration d’une nouvelle stratégie agricole, Génération Green, qui, sur incitation royale, émerge comme la voie rectificative au Plan Maroc Vert. Si dans certaines filières cette autosuffisance a pu être atteinte, dans d’autres, notamment la filière céréalière, les comptes sont loin d’être bons.

Déficit pluviométrique
Dépendante de la qualité de la saison agricole, qui est elle-même tributaire des pluies, la filière céréalière a subi ces dernières années des contrecoups spectaculaires. Avec à peine 30 millions de quintaux réalisés en juin 2020, le Maroc enregistre ainsi dans son histoire sa récolte la plus basse. Une moisson largement insuffisante qui a poussé les pouvoirs publics à importer des quantités importantes de blé dur et de blé tendre. Mais, malgré cette situation qui aggrave notre dépendance de l’étranger, force est de constater que le secteur agricole est traversé non seulement par un déficit pluviométrique important mais aussi par une pandémie qui est venue perturber ses équilibres. Une double crise à laquelle se heurte terriblement ce secteur.

Choix judicieux
Placée au coeur du plan de relance annoncé par S.M. le Roi Mohammed VI vendredi 9 octobre 2020 en ouverture de la session parlementaire, l'agriculture a toujours été la priorité des priorités pour le Maroc au regard de sa contribution considérable au produit intérieur brut.

Et cette crise sanitaire a mis en exergue le choix judicieux de la part Royaume d'accorder cette importance à ce secteur vital pour l'économie nationale, en termes de création de richesses et d'emplois, de diversification des exportations et de réduction de la pauvreté.

Dans ce sillage, S.M. le Roi a relevé l'importance qui doit être accordée à l'agriculture et au développement rural dans la dynamique de relance économique, appelant à soutenir la résilience de ce secteur clé et d'accélérer la mise en oeuvre de tous les projets agricoles.

«Outre la promotion de l'investissement et de l'emploi, ce dispositif, adossé à la nouvelle stratégie agricole "Génération Green 2020-2030", contribuera à la valorisation de la production agricole nationale et facilitera le processus d'insertion professionnelle en milieu rural», a, en effet, affirmé le Souverain. -S.M. le Roi évoque, à cet égard, la vaste opération de mobilisation d'un million d'hectares de terres agricoles collectives, au profit des investisseurs et ayant-droits pour près de 38 milliards de dirhams sur le moyen terme.

Cet effort d'investissement permettra de générer une valeur ajoutée représentant annuellement l'équivalent de deux points supplémentaires de PIB environ et favorisera également d'importantes créations d’emplois au cours des prochaines années. Pour cela, pour le Souverain, il convient de renforcer la coordination et la collaboration entre les secteurs concernés et de mettre en place un environnement incitatif au profit des jeunes du monde rural, par la création d'entreprises et l'appui à la formation, notamment dans les métiers et les services liés à l'agriculture.

Critiqué pour avoir profité essentiellement aux gros agriculteurs, le Plan Maroc Vert aurait mis les petits agriculteurs sur le carreau. Surendettés, pénalisés par la sécheresse, ces derniers, qui sont les plus nombreux, traversent plus que jamais des périodes de vaches maigres, amplifiées désormais par la crise du Covid-19.

Attention particulière
Mais ils sont néanmoins confiants quant à l’avenir avec la mise en place de la nouvelle stratégie, Génération Green, qui vise la valorisation de l'élément humain et cela à travers l’émergence d’une nouvelle génération de classe moyenne agricole (350.000 à 400.000 ménages), et la naissance d’une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs, via la mobilisation et la valorisation d’un million d’hectares de terres collectives et la création de 350.000 postes d’emploi au profit des jeunes. Le second pilier de cette nouvelle stratégie a trait à la poursuite de la dynamique de développement du secteur, en favorisant le développement humain et social.

Reste désormais à mener cette nouvelle stratégie à son terme avec une attention particulière orientée vers les petits agriculteurs. Et ce pour ne pas reproduire les mêmes erreurs de l’ancien plan. Objectif: doter le Royaume d’une agriculture résiliente, forte et productrice d’autosuffisance alimentaire.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger