L'agriculture marocaine se remet du choc de la sécheresse

Belles perspectives pour l'arboriculture et les céréales en 2021

Après deux années de sécheresse, aggravée par la pandémie du Covid-19, les agriculteurs marocains nourrissent l’espoir d’une bonne campagne agricole en 2021. Le département de l’agriculture annonce d’ores et déjà des croissances importantes pour deux filières agricoles majeures: l’arboriculture et les céréales.

Au rythme soutenu auquel sont tombées récemment les pluies dans notre pays, l’espoir d’une bonne saison agricole est sérieusement pris en considération. Les agriculteurs voient désormais d’un bon oeil cette saison agricole qui s’annonce certainement sous de bons auspices quand on sait que les deux précédentes saisons sont citées parmi les plus mauvaises dans l’histoire agricole du Royaume.

Il faut dire que la pandémie du Covid-19 est venue aggraver encore davantage la situation des agriculteurs marocains qui, pour beaucoup, étaient contraints de vendre leurs terres pour venir s’installer dans les agglomérations urbaines. A fin janvier 2021, le cumul pluviométrique moyen national s’est élevé à 230 mm, en hausse de 60% par rapport à la campagne précédente.

Amélioration des exportations
Le niveau de remplissage des barrages, pour sa part, s’est considérablement amélioré pour parvenir à 8 milliards de mètres cubes au lundi 22 février 2021. Une situation réconfortante qui touche toutes les régions du Royaume, particulièrement la région Souss-Massa, qui était au bord de la soif. Parmi les filières promises à une belle moisson, on peut citer l’arboriculture. Ainsi, le département de l’Agriculture annonce une croissance de 29% pour les agrumes.

Ceci va probablement générer une amélioration de 10% des exportations d’agrumes, en raison, notamment, de l’offre limitée des principaux concurrents du Maroc et d’une demande étrangère soutenue. Pour la culture de l’olivier, la progression estimée s’élève à 14% et 4% pour la production du palmier dattier. Et ce en comparaison avec le record atteint l’année passée.

Pour ce qui est de la campagne d’exportation des produits agricoles 2020-2021, le département de l’agriculture s’attend à la poursuite de la belle dynamique enregistrée, évoquant un volume de 214,5 mille tonnes (du 1er septembre au 22 novembre) d’exportation de produits maraîchers (+15% par rapport à la campagne agricole précédente), 106,6 mille tonnes d’exportation de clémentines (+60%), 117,4 mille tonnes d’exportation de tomates (+3%) et 6,5 mille tonnes d’exportation de fruits rouges (+17%).

Une belle dynamique
Mais quid de la récolte céréalière? Elle est certainement la filière agricole qui profitera le plus des pluies abondantes qui ont touché le pays. Après une mauvaise campagne céréalière en 2020, marquée par la production de 32 millions de quintaux, un niveau en baisse de 39% par rapport à la campagne précédente et de 57% par rapport à la production moyenne de 75 millions de quintaux, d’aucuns estiment que la prochaine campagne céréalière sera certainement meilleure.

A fin janvier 2021, la superficie semée en céréales s’est élevée à 4,3 millions d’hectares. Cette superficie est constituée à 44% de blé tendre, 34% d’orge et 24% de blé dur. Concernant les cultures céréalières mises en place, elles se développent probablement dans de bonnes conditions et leur évolution pendant les stades futurs dépendra des précipitations des semaines à venir et des entretiens apportés par les agriculteurs.

Pour ce qui est des cultures fourragères, elles s’étalent sur une superficie de 500.000 hectares, dont 35% en irrigué, contre 480.000 hectares la campagne précédente. Les principales cultures fourragères cultivées sont l’orge fourragère, le bersim, l’avoine, la luzerne et la féverole et les mélanges fourragers. Les légumineuses occupent, quant à elle, environ 168.000 hectares, dont 6% en irrigué.

Avec ces belles perspectives, encouragées par la bonne pluviométrie, l’agriculture nationale devrait probablement s’attendre à un rebond significatif qui fera oublier les drames des années précédentes.

10.000 hectares d'arganier à planter à l'horizon 2022

Dans le cadre de la nouvelle campagne agricole, le ministre de l’agriculture et des pêches maritimes, Aziz Akhannouch, a procédé, mardi 23 février 2021, au lanceme

Lire la suite