L'agriculteur au coeur de la nouvelle stratégie publique

UN SOUTIEN DE 4,5 MMDH

Pénalisés par la pandémie du Covid-19 et la sécheresse, les agriculteurs se retrouvent plus que jamais sans moyens financiers conséquents. D’où les 4,5 milliards de dirhams mobilisés par le Fonds de développement en leur faveur.

La précédente campagne agricole a vécu une conjoncture inédite marquée par la sécheresse et la pandémie du Covid-19. Un double choc retentissant qui a non seulement provoqué une chute des récoltes pour presque toutes les filières agricoles, mais il a également anéanti la capacité financière des agriculteurs. Il est vrai que les dernières pluies, pour le moins exceptionnelles, qui sont tombées sur le Royaume, augurent probablement d’une bonne reprise agricole, mais leurs effets sur la situation matérielle des agriculteurs ne seront réellement perceptibles qu’à la fin de la saison agricole.

C’est pour cette raison que le département de l’agriculture a mobilisé les gros moyens pour venir financièrement en aide aux agriculteurs. Ainsi, une enveloppe de 4,5 milliards de dirhams a été mobilisée par le Fonds de développement en soutien aux investissements privés dans le secteur agricole au titre de 2021, en hausse de 7% par rapport à l’année écoulée. Il faut dire que la nouvelle stratégie agricole, «Génération Green», lancée par S.M. le Roi Mohammed VI en février 2020, a prévu la mise en place de nouvelles incitations pour l’accompagnement de sa mise en oeuvre, impliquant une refonte du système incitatif du Fonds de développement agricole.

Progression des investissements
Lors d’une réunion que ce dernier a organisé, vendredi 2 avril dernier, sous la présidence du ministre de l’agriculture et des pêches maritimes, Aziz Akhannouch, le Fonds a pris acte avec satisfaction des orientations de cette refonte, centrée sur l’agriculteur et visant notamment, une simplification des procédures et une digitalisation ambitieuse des services.

En effet, le bilan des réalisations montre une progression continue des investissements agricoles réalisés et ayant bénéficié des différentes offres incitatives du Fonds, passant de 8,6 milliards de dirhams en 2019 à 9,7 milliards de dirhams en 2020. Cette dynamique se poursuivra au cours de 2021, dont le niveau d’investissement prévisionnel devrait dépasser 10 milliards de dirhams, marquant l’effet de levier généré par le FDA. L’inclusivité du système incitatif et l’appui privilégié aux petits agriculteurs par des conditions incitatives plus avantageuses s’est traduit par la prépondérance, depuis 2014, de la part des investissements réalisés au niveau des petites exploitations agricoles (moins de 10 hectares), qui ont capté 58% des incitations distribuées en 2019 et 2020.

Ainsi, les engagements du Fonds de développement agricole s’élèvent à 602 millions de dirhams au titre de sa contribution à la création ou à la mise à niveau de 178 unités de valorisation de produits agricoles frais d’origine végétale ou animale (20% en moyenne de l’investissement). Le bilan de ce contrat-programme touchant la filière agroindustrielle concerne 267 projets (81% de l’objectif) pour un investissement global de 7,5 milliards de dirhams (63% de l’objectif) bénéficiant d’un soutien public de 1,27 milliard de dirhams. Ces projets permettront la création d’environ 19.850 emplois à temps plein et de générer un chiffre d’affaires additionnel de 22,2 milliards de dirhams, dont 28% à l’export.

Les incitations distribuées à travers le FDA ont également permis l’équipement à ce jour de près de 647.000 hectares en irrigation localisée, contribuant ainsi à améliorer la résilience de l’agriculture nationale face aux changements climatiques. Il s’agit aussi du renforcement du niveau de la mécanisation des exploitations agricoles à travers l’acquisition de 2.600 tracteurs en moyenne par an sur la période 2010-2020 et de l’amélioration du cheptel national par le soutien à la production de reproducteurs ovins de races sélectionnées, dont le nombre est passé de 54.000 têtes en 2010 à 234.000 têtes en 2020.