Que cache l’affaire Hicham Karmoussi?

Le patron du PSG poursuivi par son ex-majordome marocain pour "travail dissimulé"


Ex-tennisman professionnel marocain, Hicham Karmoussi était pendant plus de dix ans, l’assistant proche de Nasser Al-Khelaïfi, le PDG du célèbre club de Paris Saint-Germain. Sans contrat, ni titre de séjour. Cette affaire risque de connaître des rebondissements politiques.

Saad Lmjared, Achraf Hakimi et maintenant Hicham Karmoussi. Les trois sont des Marocains et les trois sont cités dans des procès différents devant la justice française. Si les deux premiers sont dans le banc des accusés, le troisième est le plaignant. Ancien professionnel du tennis marocain, Hicham Karmoussi est l’ancien assistant personnel de Nasser Al-Khelaïfi, le PDG du célèbre club de Paris Saint-Germain, de 2011 à 2018. Sans contrat ni titre de séjour, il a fini par déposer plainte au palais de justice de Paris, vendredi 24 mars 2023, pour travail dissimulé.

Une plainte contre X, mais qui vise clairement son ancien patron, le richissime homme d’affaires qatari, pour qui il a travaillé pendant 10 ans. Dans sa plainte, Karmoussi, indique avoir travaillé de 2011 à 2018 pour Al-Khelaïfi sans contrat de travail. Il dit aussi avoir été victime d’harcèlement moral. Bien avant d’occuper le poste de conseiller de Al-Khelaïfi, Hicham Karmoussi était connu de la scène sportive marocaine pour avoir mené le Maroc aux jeux panarabes de 1999 en Jordanie.

C’était au début des années 2000. L’ancien joueur international marocain est contacté par Tamim Ben Hamad Al Thani, actuel émir du Qatar, pour devenir son entraîneur de tennis particulier et conseiller technique à la fédération de Tennis à Doha. Sa proximité du cercle au pouvoir le rapprochera de Nasser Al-Khelaïfi, lui aussi ancien joueur professionnel. Lorsqu’en 2011, Al-Khelaïfi a été propulsé comme président du club de football parisien, le Paris Saint-Germain (PSG), mais aussi du conseil d’administration du groupe qatarien BeIn Media Group, il s’attache alors les services de Karmoussi pendant près d’une quinzaine d’années.


Il était l’assistant à tout faire, côté professionnel comme personnel, l’homme de confiance, un proche et conseiller à la fois de premier ordre. Karmoussi sera présenté à la presse française en sa qualité de majordome de Al Khelaïfi. Mais sans «aucun contrat de travail conclu», d’après la plainte envoyée au Procureur de la République de Paris. Selon les dires de l’ancien joueur de tennis marocain, c’est en 2015 que les «conditions de travail et de vie avec M. Al-Khelaïfi» se dégradent.

Karmoussi estime que les demandes du président du club parisien «se faisant de plus en plus incessantes et les horaires de plus en plus intenables». Une forme de harcèlement moral, également pointée dans sa plainte. «Hicham Karmoussi a, pendant des années, travaillé sans contrat ni titre de séjour pour Monsieur Al-Khelaïfi et à un rythme insoutenable. Il entend aujourd’hui dénoncer ce système brutal et cynique», a révélé maître Antoine Ory, son avocat.

Harcèlement moral
Hicham Karmoussi tente à plusieurs reprises de régulariser sa situation en France. Il aurait mis la pression à Nasser Al-Khelaïfi à cette fin. De cette demande découlera en décembre 2018, la signature d’un CDI avec la société BeIn Sports. Une collaboration qui s’est «achevée en juillet 2020». Hicham Karmoussi, qui était l’homme à tout faire d’Al-Khelaïfi, se retrouve sans emploi et aucune trace d’une carrière au sein de la direction du club parisien.

L’enquête est en cours pour l’heure. Mais cette affaire est une véritable boîte de Pandore qui risque de connaître des rebondissements bien au-delà du travail dissimulé ou de harcèlement moral. Elle risque d’éclabousser des figures de la politique française, la police nationale, de grands avocats français mais aussi le Qatar, puisqu’en cite Tayeb Benabderrahmane un franco-algérien, une connaissance de Hicham Karmoussi, et qui, suite à des altercations avec le président qatari du PSG, s’est retrouvé début 2020 détenu arbitrairement au Qatar.

Articles similaires