Action pour le climat, le Maroc apporte son appui au Niger

Un engagement sans faille

Le Maroc apporte son appui à la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.

Un mémorandum d’entente a été signé, mercredi à Rabat, entre le Centre de compétences changement climatique (4C Maroc) et la Commission Climat du Sahel, visant notamment à appuyer la République du Niger pour renforcer l’action climatique dans la région du Sahel.

Au titre de ce mémorandum, signé à distance par le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah et le ministre directeur de cabinet du président de la République du Niger, Ouhoumoudou Mahamadou, le Maroc, à travers le 4C, appuiera la Commission climat de la région du Sahel pour mettre en place un mécanisme financier visant à mettre en oeuvre le Plan d’investissement climatique de la Région du Sahel et à définir des mécanismes cohérents et pertinents d’échanges d’expériences et de renforcement des capacités en faveur des pays de ladite région, dans le domaine du changement climatique.

Co-émergence continentale
Les pays membres de la Commission climat du Sahel ne sont autres que le Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée Conakry, Djibouti, Ethiopie, Erythrée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan, Tchad et le Maroc, en tant que partenaire fondateur des trois commissions climat africaines . Profitant de cette occasion, Aziz Rabbah n’a pas manqué d’ indiquer que ce mémorandum s’inscrit dans l’esprit du Message Royal adressé aux chefs d’État et de gouvernement réunis lors de la 1ère conférence de la Commission Climat du Sahel (CCRS), tenue en février 2019 à Niamey, dans lequel S.M. le Roi Mohammed VI avait affirmé l’engagement du Maroc dans le processus d’opérationnalisation de la CCRS, assurant que les pays membres de cette commission pourraient compter sur l’appui du Centre 4C (qui a été positionné en tant que partenaire technique de la Commission) en matière de renforcement des capacités.

Lequel centre a apporté, par ailleurs, lors de la 2e réunion du groupe de travail conjoint de la CCRS (GTC), son soutien technique au GTC dans la révision de la réorientation du PIC-RS, qui a abouti à l’intégration de certains volets ne figurant pas dans la version préliminaire, notamment l’eau, les forêts et la santé.

Rappelons que la commission climat du Sahel, présidée par la République du Niger, fait partie des trois commissions climat créées à l’initiative de S.M. le Roi, lors du 1er Sommet africain de l’action en faveur d’une co-émergence continentale, qui a eu lieu en novembre 2016 à Marrakech, en marge de la COP22, a relevé le ministre de l’Energie. Les deux autres commissions sont la commission climat du Bassin du Congo, présidée par la République du Congo, et la commission climat des petits Etats insulaires, présidée par la République des Seychelles.

«Depuis la COP22, cette commission a mis en place une équipe d’experts qui, tenant compte de la nécessité de renforcer la résilience des populations et des écosystèmes de la région du Sahel, a préparé le Plan d’investissement climat pour la région du Sahel (PIC-RS) et le programme régional prioritaire (PRP)», comme l’a si bien indiqué le communiqué de ministère publié à cette occasion.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger