Accusations algériennes : “Le Maroc ne se laissera pas entraîner dans une guerre” (source informée à l’AFP) 

Le Maroc ne se laissera pas entraîner dans une guerre avec l’Algérie, a affirmé, ce mercredi 3 novembre, une source marocaine informée à l’AFP, en réaction à l’annonce par Alger de la “mort de trois de ses ressortissants dans un bombardement au Sahara” attribué à l’armée marocaine.

“Si l'Algérie veut la guerre, le Maroc n'en veut pas. Le Maroc ne sera jamais entraîné dans une spirale de violence et de déstabilisation régionale”, a déclaré à l'AFP cette source, qui a déploré des “accusations gratuites” contre le Maroc.

“Si l’Algérie souhaite entraîner la région dans la guerre, à coups de provocations et de menaces, le Maroc ne suivra pas, a insisté la même source, qui a requis l’anonymat. Le Maroc n’a jamais ciblé et ne ciblera jamais des citoyens algériens, quelles que soient les circonstances et les provocations.”

Il s’agit là de la première réaction marocaine aux gesticulations du régime algérien, qui a accusé, ce mercredi, le Maroc d’être derrière la “l’assassinat de trois ressortissants algériens lors du bombardement de leurs camions sur la route assurant la liaison entre Nouakchott (Mauritanie) et Ouargla (sud de l’Algérie)”.

De son côté, l'armée mauritanienne avait démenti, mardi, dans un communiqué qu'une telle attaque se soit produite en territoire mauritanien.

Selon la source marocaine, cette zone est “empruntée exclusivement par des véhicules militaires des milices armées” du front polisario. “On s’étonne donc de voir les autorités algériennes évoquer la présence d’un camion qui se trouverait dans cette zone, eu égard à sa nature juridique et à son utilisation à des fins militaires”, a-t-elle conclu.