Accords d'Abraham: Des sénateurs américains créent une instance pour la conquête de nouveaux pays arabes

Des sénateurs américains ont mis sur pied, le 10 janvier 2022, une instance baptisée The Senate Abraham Accords Caucus, dans le dessein d’appuyer le succès des Accords d’Abraham signés entre Israël et des pays arabes, dont le Maroc.

Présidée par les sénateurs James Lankford, Jacky Rosen, Joni Ernst et Cory Booker, les membres fondateurs de cette instance soulignent que pendant des décennies, les États-Unis ont promu l’acceptation d’Israël parmi les États arabes et les perspectives de paix entre Israël et les Palestiniens.

Le Congrès américain, en particulier, a joué un rôle clé dans la promotion de la paix entre Israël et ses voisins. «Les accords d’Abraham ont abouti à des accords de paix et de normalisation entre Israël et plusieurs États arabes –Émirats arabes unis, Bahreïn, Soudan et Maroc— visant à améliorer la sécurité d’Israël et à créer des opportunités économiques pour les États arabes», lit-on dans le communiqué des sénateurs.

Le but recherché par les sénateurs est d’encourager l’expansion des Accords d’Abraham pour inclure les pays qui n’ont pas actuellement de relations diplomatiques avec Israël, de souligner l’importance des Accords d’Abraham pour parvenir à une paix durable dans le Moyen-Orient entre Israël et ses voisins, notamment par le biais d’une solution négociée au conflit israélo-palestinien qui garantit que les Israéliens et les Palestiniens vivent côte à côte avec la liberté, la sécurité et la prospérité et d’impliquer les pays partenaires, y compris les alliés européens, dans les efforts multilatéraux visant à promouvoir la Accords d’Abraham.

Aussi, ils visent à soutenir et travailler pour orienter les investissements du gouvernement américain vers des projets coopératifs au service des pays ayant signé les Accords d’Abraham et servir de forum pour les dirigeants des pays signataires des Accords d’Abraham ainsi que l’Égypte, la Jordanie et le peuple palestinien cherchant à faire avancer des partenariats coopératifs et de développement durable dans les domaines de la sécurité énergétique, des infrastructures hydrauliques, de la biomédecine, de la cybersécurité et des technologies émergentes, avec l’intention de favoriser le développement économique et la coopération dans la région.