Accord historique pour les enseignants: tous les détails de la hausse des salaires et des revendications qui ont été résolues


Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a signé un accord historique avec les quatre syndicats d'enseignants les plus représentatifs, suite à une série de réunions avec le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa. Ces discussions, centrées sur les coûts financiers de la résolution des dossiers de certaines catégories comme les enseignants agrégés et l'augmentation des salaires des enseignants, ont abouti à une augmentation significative des salaires de 1.500 dirhams.

L'accord, signé également par le ministre de l'Éducation nationale, Chakib Benmoussa, ainsi que par le ministre de l'Inclusion économique, Younes Sekkouri, marque une avancée majeure pour le secteur de l'éducation. La présence de Aziz Akhannouch était attendue pour superviser la signature de cet accord avec les syndicats d'enseignants, après avoir conclu un accord sur l'aspect financier des demandes des enseignants, en attendant la reprise du dialogue sur la modification du statut de base.


Secrétaire général de la Fédération nationale de l'enseignement (FNE), Abdessadek Rghioui, a déclaré à la presse que l'accord était "historique et répondait aux demandes légitimes de tous les enseignants et travailleurs du secteur". Il a ajouté que "durant cinq jours de dialogue avec Fouzi Lekjaa, les syndicats ont réussi à résoudre les dossiers catégoriels pour toutes les catégories" et a souligné que "cette augmentation salariale significative de 1.500 dirhams cette année nécessitait des implications financières totales très importantes, sans précédent dans l'histoire du secteur de l'éducation".

À cette occasion, Abdessadek Rghioui a appelé, après avoir félicité tous les enseignants, le personnel éducatif à retourner dans les salles de classe pour enseigner aux élèves et à suspendre la grève.

Cet accord représente une étape importante dans l'amélioration des conditions de travail des enseignants et témoigne de l'engagement du gouvernement à répondre aux demandes du secteur de l'éducation.

Lire aussi

Articles similaires