ACCENTUATION DU DÉFICIT DE LIQUIDITÉ EN 2021

FINANCES PUBLIQUES ET COVID-19

Le déficit de liquidité devrait s’accentuer en 2021 pour atteindre 85 milliards de dirhams. C’est ce que révèle CDG Capital Insight dans son rapport sur la situation des finances publiques dans ce contexte de pandémie, ainsi que les perspectives d’évolution du cadre monétaire et obligataire au Maroc pour l’année en cours.

Le document de CDG Capital Insight, intitulé «Les finances publiques à l’épreuve de la crise Civid-19» estime que le cadre monétaire devrait rester globalement stable en dépit du creusement prévu du déficit de liquidité.

Ces économistes indiquent également que Bank Al-Maghrib anticipe une accentuation de ce déficit de liquidité en 2021 pour atteindre 85 milliards de dirhams à la fin de l’année, avec la poursuite de la hausse tendancielle de la circulation fiduciaire à un rythme moins important cette année, soit plus de 24 milliards de dirhams, contre plus de 51 milliards de dirhams enregistrés en 2020. Ils prédisent aussi un ralentissement des crédits malgré la baisse des taux débiteurs.

Quant au déficit budgétaire, il devrait s’atténuer légèrement en 2021, ce qui permettrait d’alléger le besoin de financement du Trésor. Le rapport précise d’ailleurs que ce besoin sera quasi stable en 2021, grâce aux opérations d’échange qui permettront au Trésor de réduire ses besoins et son coût d’endettement.

Pour rappel, un rapport parlementaire sur la loi de Finances 2021, publié en février, avait estimé à plus de 80 milliards de dirhams l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les finances publiques, à fin janvier 2021.

«Les finances publiques ont subi un double choc, induit par l’effet concomitant des mesures de soutien pour endiguer les conséquences de la crise Covid-19 sur le plan économique et social et la baisse drastique des recettes fiscales dans un contexte de baisse marquée de l’activité», souligne le rapport.