Abderrahman Mekkaoui, "Le général Berrid a fait ses preuves sur le terrain"


En six ans, les FAR ont un troisième inspecteur général en la personne de Mohamed Berrid…
Il n’y a aucune extrapolation à faire là-dessus. Encore moins d’interprétation de quelque nature que ce soit. Le général de division Farouk Belkheir, a été déchargé de ses fonctions à cause de la maladie. Un état de santé qui ne lui permet pas de les exercer pleinement. Le choix s’est porté sur un autre général, Mohamed Berrid. Un officier supérieur qui a fait ses preuves sur le terrain depuis la deuxième moitié des années 70. Il a pris part à diverses batailles au Sahara pendant les années chaudes jusqu’à la moitié des années 80.

C’est l’un des artisans de mur de défense s’étalant sur 2750 kilomètres. Il ne faut pas oublier que la nomination de l’inspecteur général des FAR et commandant de la zone Sud est une prérogative du Roi, commandant suprême et chef d’état-major de l’armée. SM le Roi a donc choisi parmi les dizaines de compétences dont regorge l’armée marocaine le profil le meilleur à même de décliner les orientations stratégiques de l’armée de façon optimale. Les grandes lignes et la doctrine militaire étant définies par le souverain. Pour conclure, je dirai que la nomination du général Berrid s’inscrit dans la continuité.

Le général Mohamed Berrid dirigeait depuis 2014 le 3è bureau. Un département clé des FAR…
D’abord, le général Berrid a une quarantaine d’années de service. Lauréat de l’académie de Méknès, il est spécialisé dans les blindés. Des sites américains le présentent comme étant un grand expert des chars Abrams. Chars les plus réputés dans leur catégorie. Il a fait d’autres formations dans des académies de renommée internationale en France, aux USA et en Espagne. Son commandement du 3ème bureau n’était pas le fruit du hasard. Ce département est appelé le coeur du réacteur de l’armée.


Il déploie la stratégie définie par l’état major de l’armée, assure la coordination technique et logistique entre les trois corps de l’armée (terre, air et mer) et assure la planification des diverses opérations, manoeuvres et autres… Il veille aussi sur la formation et le perfectionnement des officiers supérieurs et du matériel… Et il est en lien direct avec le 5è bureau chargé, lui, du renseignement…Autant dire qu’en tant qu’inspecteur général des FAR, le général Berrid ne sera pas dépaysé. Loin de là.

Le général Berrid est décrit comme étant un homme discret très apprécié par les Américains.
Discret c’est un fait. Modeste oui. Homme de dossiers, également. Mais dire qu’il est apprécié par les Américains n’a pas vraiment de sens sauf si on veut opposer les Américains aux Français comme certains milieux l’ont fait. Le Maroc est un allié stratégique des USA, comme d’autres grandes puissances, la France notamment. Il est également un allié de l’OTAN mais a de solides relations avec la Chine, la Russie… C’est vous dire que le Maroc ne dépend de personne. La nomination du général Berrid relève de cette approche-là.

Il sera appelé à accompagner la mutation des FAR, à un moment crucial sur le plan géopolitique régional marqué par la montée des périls et des menaces à peine voilées des Algériens. Les FAR recevront très prochainement les batteries de missiles américains Patriot qui seront déployés dans la 3è zone Nord. De même que le général Berrid participera en tant qu’inspecteur général des FAR à la 19ème édition d’African Lion. Exercice militaire organisé par l’armée US au Maroc.

Articles similaires