LE WYDAD ÉLIT SON PREMIER PRÉSIDENT POST-NACIRI

Abdelmajid Bernaki en pompier

Bras droit du déchu Saïd Naciri, Adeblmajid Bernaki a été élu nouveau président du Wydad de Casablanca. Sa mission: entamer la reconstruction d’un club en ruine sur plus d’un plan.


La grave crise que traverse le Wydad Casablanca fait réagir même de l’autre rive du détroit. “La chute d’un (club) historique marocain”, titrait, le 1er avril 2024, l’édition en ligne du célèbre média espagnol As. Pour stopper l’hémorragie, le club a élu dans la nuit du 28 au 29 mars, Abdelmajid Bernaki comme nouveau président pour succéder à Saïd Naciri, incarcéré depuis fin décembre 2023 pour son implication présumée dans l’affaire “Escobar du Sahara”.

“Il a l’expérience qu’il faut pour gérer cette phase intérimaire et amorcer la réforme. Maintenant, il faut que toutes les composantes du club le laissent travailler”, nous indique une source au sein du staff du Wydad. Abdelmajib Bernaki était, depuis 2014, l’un des hommes de confiance de Saïd Naciri, qui l’avait d’ailleurs choisi comme adjoint durant son deuxième mandat jusqu’à son interpellation.

Restructuration nécessaire
Mais il faudra beaucoup plus que de l’expérience pour sortir le géant casablancais de son impasse. Malgré des résultats sportifs très positifs, avec notamment 5 titres de champion du Maroc, deux Ligues des champions et une Supercoupe d’Afrique remportée en neuf ans, l’ère Naciri a plongé le Wydad dans une léthargie en matière de gestion et de transparence. Le nouveau président aura donc pour premier défi d’éviter les erreurs de son prédécesseur et de restructurer le club de sorte à ce que les responsabilités soient clairement définies.

Natif de Fkih Ben Salah en 1968 et fan du club depuis son enfance, Abdelmajid Bernaki devra également trouver une solution aux problèmes de renouvellement de contrat des joueurs et à l’interdiction de recruter, ainsi qu’au passage à vide de l’équipe qui vient de se faire éliminer, le 31 mars 2024, dès les 16ès de finale de la Coupe du Trône, après avoir quitté la phase de poule de la Ligue des champions et avoir perdu tout espoir en championnat où elle stagne à la 5ème place à 21 points du leader.

Des résultats qui ont poussé les Ultras Winners à tirer à boulets rouges sur les joueurs, et surtout à poser leurs termes pour la présidence Bernaki. Le groupe de supporters ressort ainsi l’éternel revendication de faciliter l’adhésion au club, d’ouvrir la voie aux candidatures pour le poste de président en toute transparence et crédibilité, et de fixer la date de la prochaine assemblée générale ordinaire.

Les prochaines semaines s’annoncent décisives pour l’avenir du club casablancais, mais aussi pour Abdelmajid Bernaki qui a désormais quelques mois pour prendre des mesures efficaces et prouver que son élection n’était pas qu’une simple procédure pour combler un vide juridique et institutionnel, mais un véritable premier pas dans la renaissance du géant casablancais.

Articles similaires