BP swipe-970x250

Quand Abdelmadjid Tebboune néglige ses dossiers internes pour harceler le Maroc

Sans grande surprise, le Sahara marocain a été au centre du discours du président algérien Abdelmadjid Tebboune, samedi 25 septembre, à l’ouverture de la rencontre annuelle avec les gouverneurs des régions.

Pourtant, cet événement était censé être consacré à d'autres thématiques qui intéressent la population algérienne, comme “le rôle du wali dans le développement économique local” ou encore  “le nouveau cadre juridique pour la promotion du climat des investissements”. 

“Pour ce qui est du dossier du Sahara occidental, nous estimons que c’est une question de principe pour l’Algérie”, a indiqué le président algérien lors de sa réunion avec les walis, ajoutant que “c’est une affaire de décolonisation inscrite à l’ONU”. 

Abdelmadjid Tebboune a également essayé d’exploiter les dernières déclarations du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, à l’ONU, pour prétendre que la position de Madrid dans le dossier du Sahara, en faveur du Maroc depuis mars 2022, serait “en passe de changer”. Des espoirs qui n’auront duré que quelques heures, puisque le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Albares, a rassuré, dans un entretien au quotidien La Razon, que son pays soutient toujours le plan marocain d’autonomie, comme seule solution au différend du Sahara.

Articles similaires