Abdelaziz Makroum : L’ambition de se surpasser d’un réalisateur malvoyant

Lundi 19 septembre 2022, à la salle de cinéma Alcazar, à Tanger, des dizaines de cinéphiles avaient rendez-vous avec «Mauvaise foi», un court métrage du réalisateur Abdelaziz Makroum. Ce film raconte l’histoire d’un jeune Marocain diplômé chômeur. En vue de travailler comme chauffeur, il s’adresse à un médiateur égyptien qui lui trouve un travail chez une famille très riche.

Le réalisateur a partagé avec l’assistance les conditions du tournage de son film et comment il s’est surpassé au regard de sa spécificité de malvoyant afin de livrer une production de qualité.

«J’écoute les acteurs pour choisir le meilleur. C’est le ton de la voix qui m’aide à choisir le rôle adéquat pour chaque acteur. Quant à l’actrice Amina Barakat, je la connaissais avant de perdre ma vision et quand j’ai écrit le scénario du film, j’ai remarqué dès le départ que son profil cadrait bien avec le rôle que je lui ai attribué», confie-t-il. «Je suis aveugle. Mes yeux demeurent dans l’obscurité mais mon imagination est colorée», ajoute le réalisateur. Concernant le montage de «Mauvaise foi», Abdelaziz Makroum a déclaré qu’il s’appuie pour l’accomplissement de cette mission sur son assistant personnel, Slimane Talhy.

M. K.