85 milliards de dirhams en 2021, un record jamais atteint!

Transferts de fonds des MRE vers le Maroc

En dépit de la crise du Covid-19, les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient atteindre un record de 85 milliards de dirhams en 2021, réalisant une croissance de 25% par rapport à l’année précédente, selon la Banque mondiale.

Dans son rapport intitulé «Recovery: La crise du Covid-19 à travers le prisme de la migration» et publié le 17 novembre 2021, l’institution de Bretton Woods a cité le Maroc à plusieurs reprises, parmi les pays dont les fonds reçus de la diaspora enregistrent des hausses significatives, bravant la crise.

Les USA en tête
Les MRE devraient ainsi transférer, en 2021, près de 9,3 milliards de dollars vers le Royaume (soit près de 85,5 milliards de dirhams), soit près de 18 milliards de dirhams de plus que le volume total des transferts de l’année 2020 (68 milliards de dirhams). Un record jamais atteint!

L’exception d’il y a quelques années devient la règle. Les Marocains résidant dans les pays du Golfe ont repris le flambeau puisqu’ils ont envoyé plus d’argent vers leur pays d’origine. Malgré une forte concentration des MRE, le Vieux continent n’est plus le premier pourvoyeur de transferts de nos expatriés quoique la France et l’Espagne demeurent les premières destinations de la diaspora marocaine avec respectivement 1,5 million et 850.000 expatriés.

Les Etats-Unis d’Amérique et le Royaume d’Arabie Saoudite occupent respectivement la première et la deuxièmes place du classement des pays ayant enregistré des envois de fonds de la part des expatriés marocains vers le Royaume. Historiquement premier pays qui enregistre les plus grands envois, la France est troisième au podium. Dans les détails, les USA représentent 14% des fonds, suivis de l’Arabie Saoudite (12%) et la France (10%).

Qui sont ces Marocains établis dans les pays du Golfe? Le rapport 2013 de la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger souligne que les pays du Golfe accaparent 50% des femmes marocaines établis dans les pays arabes.

La migration féminine est le résultat d’un projet migratoire individuel qui s’appuie sur les réseaux familiaux, sociaux… Les hommes travaillent comme artisans, l’hôtellerie, l’enseignement, la justice, dans la police de la sécurité intérieure ou dans la protection civile. Un ancien rapport montre que les Marocains d’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis (EAU) sont employés dans les services de l’hôtellerie ou le management et les emplois subalternes, dans le commerce et l’administration (police, sécurité...) ou encore dans la coiffure et l’esthétique.

Les femmes, plus précisément, sont en majorité nurses ou domestiques mais aussi couturières, décoratrices et hôtesses de l’air. En dehors des services, les emplois qu’exercent les Marocains dans ces pays concernent l’agriculture, la mécanique, l’électricité et l’électronique. Les envois en hausse de ces Marocains du Golfe peuvent être expliqués par la crise économique qui a obligé nombre d’entreprises du Golfe à licencier. Du coup, beaucoup de nos ressortissants ont été obligés de rentrer au Maroc et d’envoyer leurs économies au bled.