Plus de 29.000 cas de tuberculeuse détectés au Maroc en 2020

L’OMS CRAINT UN TSUNAMI ÉPIDÉMIQUE

En 2020, la pandémie de la Covid-19 a représenté une véritable menace pour la lutte anti tuberculeuse. L’OMS prévoit qu’il y aurait des centaines de milliers de décès supplémentaires par tuberculose entre 2021 et 2025.

Une chose est sûre: la pandémie de la Covid-19 a masqué pendant plus d’une année les autres pathologies. Et ce malgré leur caractère fortement contagieux et mortel. Parmi elles, la tuberculose, qui continue de ravager silencieusement des vies humaines dans notre pays.

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose, le 24 mars de chaque année, cette maladie nous revient à l’esprit pour nous rappeler un véritable problème de santé publique dont souffre considérablement notre pays. En 2020, et alors que tout le pays était mobilisé pour la lutte contre la Covid-19, le Royaume a enregistré plus de 29.000 cas de tuberculose, un nombre important par rapport aux années précédentes. Pour combattre ce fléau, le ministère de la Santé a annoncé, mercredi 24 mars, le lancement de l’extension du plan stratégique national de prévention et de contrôle de la tuberculose 2021-2023, ayant pour but de réduire le nombre de décès liés à cette maladie de 60% en 2023 par rapport à l’année 2015.

Ce plan stratégique constitue le cadre idoine d’intensification de la lutte contre la tuberculose, selon une approche multisectorielle, ancrée au développement humain et prenant en compte les valeurs et principes de droits humains et ce, en parfaite cohérence avec la stratégie mondiale de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose.

Par ailleurs, l’année 2020 a été témoin d’une convergence exceptionnelle des politiques publiques dans le cadre de la riposte à la pandémie Covid-19. Cet élan constitue un levier pour renforcer les efforts nationaux afin d’atteindre les objectifs de développement durable, y compris celui de mettre fin à la tuberculose à l’horizon de 2030. Pour le ministère, d’importantes mesures innovantes ont été entreprises pour maintenir les performances des services essentiels de lutte contre la tuberculose aux niveaux escomptés, en vue d’assurer la continuité des services et la disponibilité des médicaments antituberculeux.

Défaut de diagnostic
Le programme national de lutte anti tuberculeuse occupe, depuis plus de trente ans, une place prioritaire dans la politique de santé au Maroc, avec l’allocation croissante de ressources, la mobilisation de partenaires nationaux et internationaux et surtout le dévouement de l’ensemble des professionnels de santé impliqués. En effet, le programme a permis de réaliser des avancées remarquables, reconnues à l’échelle mondiale, en termes d’amélioration des taux de couverture par les services de dépistage, de diagnostic et de prise en charge. Le succès thérapeutique a été maintenu à plus de 85% depuis 1995 et par conséquent, la réduction de la charge de morbidité et de mortalité de la maladie.

Au niveau international et selon les estimations de l’OMS, la tuberculose aurait touché près de 10 millions de personnes dans le monde en 2019 et causé plus de 1,4 million de décès, faisant partie des maladies infectieuses causant le plus de décès dans le monde.

En 2020, la pandémie de la Covid-19 a représenté une véritable menace pour la lutte anti tuberculeuse à l’échelle mondiale et les modélisations de l’OMS laissent entrevoir qu’il y aurait des centaines de milliers de décès supplémentaires dus à la tuberculose entre 2021 et 2025, en raison de la baisse des performances de détection et des difficultés d’accès aux soins antituberculeux. L’organisation onusienne craint ainsi que plus de 500.000 personnes de plus soient décédées de la tuberculose en 2020, simplement parce qu’elles n’ont pas pu se faire diagnostiquer.

En effet, avant l’émergence de la covid-19, l’écart entre le nombre estimé de personnes développant la tuberculose chaque année et celui des personnes officiellement diagnostiquées comme tuberculeuses était d’environ trois millions, a estimé l’organisation, notant que la pandémie a considérablement aggravé la situation. Pour y remédier, l’OMS préconise de restaurer et d’améliorer le dépistage de la tuberculose afin de détecter rapidement les personnes atteintes.