BP swipe-970x250

Clôture de la 22ème édition du festival national du film de Tanger

Le cinéma marocain opère sa mue

De l’avis des professionnels du champ cinématographique, la 22ème édition de cette grandmesse du 7e art marocain était un succès à bien des égards. Désormais, le challenge, c’est de faire rayonner le film marocain sur la scène internationale.

La 22ème édition du Festival national du film de Tanger, qui s’est tenue du 16 au 24 septembre 2022, était de bon augure pour la réalisatrice Maryam Touzani. Même s’il n’a pas remporté le Grand Prix au Festival, son film «Le Bleu du caftan» représentera le Maroc dans la présélection des Oscars 2023, qui s’ouvrira le 12 mars 2023 dans la section «Long-métrage International», a annoncé, mardi 27 septembre 2022, le Centre cinématographique marocain (CCM).

Ce n’est pas tout. Ce long-métrage, produit par Nabil Ayouch et coproduit par Amine Benjelloun, participera à la 67ème Semaine internationale du cinéma de Valladolid (SEMINCI) en Espagne, qui se tiendra du 22 au 29 octobre. «Le Bleu du caftan» n’a pas réussi à faire de l’ombre à «Zanka Contact», d’Ismaël El Iraki, qui a remporté le Grand prix de la 22ème édition du Festival national du film (FNF) de Tanger, dans la catégorie des longs-métrages, lors de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée samedi soir 24 septembre au centre culturel Ahmed Boukmakh, dans la ville du Détroit.

Ainsi, le Prix du jury est revenu ex-aequo aux films «Mica», d’Ismaël Ferroukhi, et au long métrage «Murs effondrés», de Hakim Belabbes, qui a aussi remporté le prix de montage. Dans la catégorie des courts-métrages, le Grand prix a été remporté par «Story», de Mohamed Bouhari. Et dans la catégorie des longs-métrages documentaires, c’est Mohamed El Aboudi qui est sorti gagnant avec son film «School of Hope».

Un rendez-vous incontournable
Cette 22ème édition a été particulièrement marquée par le nombre élevé des films en compétition, 105 films au total se sont disputé le podium (récolte de deux ans de report du festival), soit 85 heures de projections, près de 10.000 spectateurs. Une chose est sûre: De l’avis même des professionnels du champ cinématographique marocain mais aussi des représentants des médias nationaux et étrangers, l’édition de cette année de cette grand-messe du 7e art marocain était un succès, tant sur le plan organisationnel qu’artistique et cinématographique. Les nouveautés qui ont gratifié ce rendez-vous incontournable l’ont marqué du sceau de l’innovation et de la digitalisation. Pour ne citer que cet exemple, les tables rondes aux thématiques aussi diversifiées qu’actuelles (le Fonds d’aide, la musique de film, le cinéma et la région, la culture cinématographique marocaine…) ont été hautement appréciées par tous et notamment par les critiques de cinéma.

Tout compte fait, le 7e art marocain a fait un grand pas en avant, autant sur le plan qualitatif que quantitatif (de 4 films produits annuellement il y a quelques années à 30 actuellement). La grande bataille à laquelle se livre le CCM, sous les orientations du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, c’est de faire rayonner le film marocain sur la scène internationale.

Articles similaires