En 2030, 100% de l'eau utilisée par OCP proviendra de sources non conventionnelles

L’OCP a pour mission de nourrir le monde

La mission de l’OCP, centrée sur l’humain et qui vise à nourrir le monde, ne peut se faire sans une véritable stratégie de développement durable.

Lors d’un webinaire organisé le 10 juin 2021 par la coalition marocaine pour l’eau (COALMA) en partenariat avec le groupe OCP, les hauts responsables du groupe n’ont pas manqué de présenter la stratégie du groupe en matière de gestion de l’eau et de développement durable.

En prenant la parole lors de cette rencontre, Karim Saoud, Vice-président water energy au groupe OCP, a déclaré que «les besoins en eau du groupe sont passés de 62 millions m³ en 2010, à 120 millions m³ actuellement et vont atteindre 160 millions m³ en 2030». D’autre part, dit-il, «le groupe a lancé un programme d’optimisation qui va permettre d’économiser 15% de sa consommation en eau».

Aussi dans sa politique de développement durable, l’OCP compte beaucoup sur l’utilisation des eaux dites «non conventionnelles». Actuellement, les sources non conventionnelles représentent 31% de la consommation d’eau d’OCP. L’objectif est de la porter à 100% à l’horizon 2030, dont 28% émaneront de l’épuration des eaux usées domestiques et 72% du dessalement de l’eau de mer en utilisant exclusivement de l’énergie propre.

Rappelons que les deux stations de dessalement de l’eau de mer de Jorf Lasfar et de Laâyoune , déjà mises en service ,fonctionnent à 100% à l’énergie propre, selon les responsables OCP. Ils projettent, d’ailleurs, d’en construire d’autres à Safi, Tadla et Fquih ben Salah. Soit autant de réalisations qui viendront s’ajouter aux stations d’épuration des eaux usées de Khouribga, Youssoufia et Benguérir.

Sur un autre plan, le groupe OCP s’est engagé, également, sur un objectif de zéro carbone net en 2040. Il est, ainsi, arrivé à assurer 89% de sa consommation d’électricité à travers des énergies propres, essentiellement issue de la cogénération de l’énergie éolienne. Chiffre que le groupe portera à 100% à l’horizon 2030. L’effort de dé- carbonation se fait également dans le sens de la compensation des émissions de carbone, en oeuvrant à la plantation des arbres qu’on irrigue par les eaux recyclées d’OCP.

Réseaux d’irrigation
Pour Hanane Mourchid, Directrice Sustainability and Green Industrial Development chez OCP, le groupe se définit comme le gardien des phosphates pour la planète. Le Maroc disposant de 75% des réserves mondiales de cette ressource, le groupe a la mission d’assurer son partage pour le monde entier. Cette mission centrée sur l’humain qui vise à nourrir le monde ne peut se faire sans une véritable stratégie de développement durable.

En plus de l’économie circulaire, cette stratégie comprend également l’engagement communautaire, comme avec le projet Act4community, qui permet aux collaborateurs d’OCP de s’impliquer pendant quatre semaines par an dans des initiatives à but social. Ou encore à travers des projets à fort impact pour le développement humain dans le pays, comme celui de l’Université Mohamed VI Polytechnique.

Participant aussi à ce webinaire, la présidente de COALMA, Houria Tazi Sadeq, qui représente également le Maroc au conseil mondial de l’eau, n’a pas manqué de plaider, à l’image de ce que fait l’OCP, pour la multiplication des stations de dessalement d’eau de mer, des stations d’épuration des eaux usées, des barrages, des réseaux d’irrigation et toutes autres solutions qui peuvent contribuer à garantir la sécurité hydrique au Maroc.